Une usine russe brûle 10 millions de dollars de gaz naturel par jour

usine russe gaz brûlé russie pénurie union européenne

Alors que l’Europe craint des nuits glaciales et sans électricité cet hiver, une usine russe brûle son gaz qu’elle ne vend pas. La guerre que mène Moscou en Ukraine a également comme victime le climat.

Une usine russe brûle le gaz qui était destiné à l’Union Européenne

Les sanctions de l’Union Européenne et les restrictions d’exportations de la Russie semblent avoir laissé une usine de gaz naturel brûler son approvisionnement en grande quantité.

Au lieu d’exporter le carburant sous forme de gaz naturel liquéfié vers l’Allemagne, l’usine de Portovya le brûle simplement. Au total, environ 4,34 millions de mètres cubes de gaz seraient brûlés chaque jour par la torche.

“Je n’ai jamais vu une usine de GNL brûler autant” , a déclaré à la BBC Jessica McCarty , experte en données satellitaires et en utilisation des ressources naturelles à l’Université de Miami dans l’Ohio. 

«À partir de juin, nous avons vu cet énorme pic, et il n’a tout simplement pas disparu. Il est resté très anormalement élevé », a-t-elle ajouté.

Pendant ce temps, des pays européens comme la Suisse se préparent à des pénuries de gaz et des black out pendant l’hiver. Une situation inédite qui pourrait bien avoir des conséquences économiques et sociales importantes.

LIRE AUSSI : Eau chaude coupée, éclairage réduit, chauffage baissé : l’Allemagne rationne déjà l’énergie

Pourquoi la Russie brûle-t-elle du gaz ?

Les pays européens et les États-Unis ont imposé des sanctions sur les importations de pétrole et de gaz russes depuis l’invasion de l’Ukraine. L’UE, par exemple, a déclaré qu’elle visait à être deux tiers moins dépendante du gaz russe au cours de l’année prochaine. En réponse, la Russie a coupé une grande partie de l’approvisionnement en gaz existant de l’Europe et a ralenti les exportations.

L’installation de Portovya était en construction lorsque la guerre russo-ukrainienne a commencé. Elle a été construite pour comprimer et traiter le gaz naturel sous sa forme liquide, pour l’expédition vers l’Allemagne (et vers d’autres pays européens) via le gazoduc Nord Stream 1. 

« L’intention pourrait-elle être de nature politique ? La flamme est très visible, indiquant peut-être que le gaz est prêt et attend d’être acheminé vers l’Europe si des relations politiques amicales reprennent », ont écrit les auteurs.

Bien que d’autres aient un point de vue différent. L’ambassadeur d’Allemagne au Royaume-Uni a déclaré à la BBC que la Russie brûlait du gaz simplement parce que le pays ne pouvait le vendre nulle part.

LIRE AUSSI : Krach boursier, inflation et récession : un tsunami économique en approche

Le climat, autre victime de la guerre en Ukraine

Alors que le conflit en Ukraine fait rage, les nations intensifient leur politique sur la question de l’armement et de la géostratégie plutôt que sur l’atténuation des émissions de carbone pour le climat.

Selon les experts interrogés par le BBC, les émissions quotidiennes de dioxyde de carbone de l’énorme torchère, visibles depuis la Finlande voisine et par satellite, sont équivalentes à la quantité de CO2 produite par environ 1 800 voitures à essence en un an.

Le torchage du gaz est une meilleure option que la simple évacuation du méthane non brûlé, car le méthane est un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2. Cependant, la meilleure option environnementale serait sans aucun doute de ne pas produire du tout de gaz naturel, surtout s’il ne sera pas utilisé pour produire de l’énergie. 

L’UE a relancé des centrales à charbon (un combustible encore plus polluant que le gaz naturel) pour tenter de compenser le déficit de la Russie, ce qui signifie une double dose d’émissions de gaz à effet de serre.

Et ce ne sont pas seulement les émissions de carbone, mais aussi la suie qui inquiète les climatologues. L’accumulation de suie dans l’Arctique pourrait aggraver la fonte déjà rapide de la glace polaire.

“Les émanations de dioxyde de carbone et de suie vers le nord, qui se déposent sur la neige et la glace, accélèrent considérablement la fonte et cela est particulièrement préoccupant avec le torchage aux latitudes arctiques” , a déclaré à la BBC Matthew Johnson , chercheur sur les émissions à l’Université Carleton au Canada.

Le bras de fer entre la Russie et les pays occidentaux a pour conséquence une destruction de l’environnement et une accélération du réchauffement climatique. Les accords internationaux pour le climat ont été remplacés par un retour en force du charbon et des menaces de Troisième Guerre Mondiale nucléaire.

LIRE AUSSI : L’abri souterrain survivaliste : le bunker antiatomique


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee
inondations orages sac de survie kit de survie survivalisme survivaliste

Violents orages : les français doivent préparer leur kit de survie (Ministre de la Transition écologique)

administration biden courrier secret exportation de carburant russie union européenne gaz pétrole gaz de schiste

Un courrier secret de l’administration Biden aux raffineurs exige la limitation des exportations de carburant