in ,

Le plus grand acteur du secteur des services pétroliers abandonne le schiste en Amérique

L’entreprise américaine Schlumberger est devenu le plus grand acteur du secteur des services pétroliers à avoir abandonné le travail de fracturation en Amérique du Nord, signe que l’activité du schiste aux États-Unis ne reviendra peut-être jamais sur les sommets précédents.

Le fournisseur d’équipement de forage et de production de pétrole a accepté de vendre ses activités de fracturation aux États-Unis et au Canada à un plus petit rival Liberty Oilfield Services Inc. Après des sorties similaires au cours des dernières années par Baker Hughes Co. et Weatherford International Plc, Halliburton Co. est maintenant le seul fournisseur mondial de complétions de puits pour le schiste, et même Halliburton a déclaré qu’il recherchait à l’étranger une meilleure croissance.

Pour Schlumberger, la première société mondialee de services et équipements pétroliers, l’accord est un renversement massif de sa frénésie d’achats en Amérique du Nord au cours des dernières années. 

«La pandémie de Covid a bouleversé le monde, apportant de sérieuses menaces à notre industrie», a déclaré mardi Chris Wright, directeur général de Liberty, basé à Denver, aux analystes et investisseurs lors d’une conférence téléphonique. «Mais ces heures sombres sont les plus fertiles en opportunités.»

OneStim aide les clients à extraire le pétrole et le gaz des puits de schiste en faisant sauter de l’eau, du sable et des produits chimiques sous terre pour libérer les hydrocarbures piégés. Combinée au forage horizontal, la fracturation a lancé le boom du schiste il y a plus de dix ans. Mais maintenant, un effondrement historique des prix du pétrole, associé à une surabondance de matériel de fracturation, a déclenché une crise qui a conduit certains frackers à la faillite.

LIRE AUSSI : La production de pétrole de schiste a atteint son pic aux Etats-Unis

En juillet, Schlumberger décrivait la baisse de la demande de fracturation hydraulique comme «précipitée», contribuant à une chute de 40% du chiffre d’affaires du deuxième trimestre.

L’accord Liberty est la dernière initiative du PDG de Schlumberger, Olivier Le Peuch, pour s’adapter au krach pétrolier. L’entreprise a annoncé son intention de supprimer plus de 21 000 postes et de réorganiser ses activités dans le monde entier.

Pic pétrolier et crise sanitaire

Halliburton Co. et Schlumberger Limited, les deux grandes sociétés de services pétroliers, ont annoncé il y a quelques mois que l’industrie américaine du schiste avait déjà atteint son apogée. Matt Gallagher, directeur général de Parsley Energy, l’un des plus grands producteurs indépendants de pétrole du Texas, avait également indiqué que le niveau record de production atteint plus tôt cette année serait le point culminant.

LIRE AUSSI : Selon deux leaders du secteur pétrolier américain, l’industrie du schiste a déjà atteint son apogée

La crise sanitaire a provoqué une chute de la demande mondiale de pétrole. Le prix du baril s’est effondré obligeant de nombreux compagnies américaines de schiste, déjà endettées, à stopper le travail de fracturation bien trop coûteux.

Le schiste américain a également dû faire face à un conflit entre l’OPEP et la Russie qui a provoqué une diminution encore plus importante du prix du baril en pleine crise sanitaire. Les producteurs de pétrole ont même payé pour se débarrasser de leurs barils devenus trop encombrants.

LIRE AUSSI : -0,19 dollar le baril : les producteurs de pétrole payent pour se débarrasser de leurs barils

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Il enlève son masque «quelques secondes» dans la gare pour manger un Kinder… et se prend une amende

    Amazon reçoit le feu vert pour livrer par drones aux Etats-Unis