in

2020 devient la deuxième année durant laquelle l’étendue de la banquise Arctique est la plus faible


Cette année, la couverture de la banquise Arctique a chuté drastiquement devenant la deuxième plus faible mesure depuis le début de l’enregistrement moderne à la fin des années 1970.

Une analyse des données satellites par la NASA et le Centre national de données sur la neige et la glace (NSIDC) de l’Université du Colorado Boulder montre que l’étendue minimale pour 2020, qui a probablement été atteinte le 15 septembre, mesurait 3,74 millions de kilomètres carrés.

En hiver, l’eau de mer gelée couvre la quasi-totalité de l’océan Arctique et des mers avoisinantes. Cette glace de mer subit des changements saisonniers : elle s’amincit et rétrécit à la fin du printemps et en été, et s’épaissit et s’étend en automne et en hiver. L’étendue de la banquise estivale dans l’Arctique peut avoir un impact sur les écosystèmes locaux, les régimes météorologiques régionaux et mondiaux et la circulation océanique. Au cours des deux dernières décennies, l’étendue minimale de la glace de mer arctique a nettement diminué. L’étendue la plus faible jamais enregistrée a été notée en 2012, puis l’étendue de l’année dernière détenait la deuxième place du rétrécissement le plus spectaculaire – jusqu’à celle de cette année.

Une vague de chaleur sibérienne au printemps 2020 a amorcé la saison de fonte de la banquise arctique de cette année de manière précoce, et avec des températures arctiques de 8 à 10 °C plus chaudes que la moyenne, l’étendue de la glace a continué à diminuer. L’étendue minimale de 2020 était de 2,48 millions de kilomètres carrés en dessous de la moyenne des étendues minimales annuelles de 1981 à 2010, et 2020 marque le deuxième triste record où l’étendue minimale est tombée en dessous de 4 millions de kilomètres carrés.

« Il a fait très chaud dans l’Arctique cette année, et les saisons de fonte commencent de plus en plus tôt », a déclaré Nathan Kurtz, un scientifique spécialiste des glaces de mer au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland.

« Plus la saison de la fonte commence tôt, plus vous perdez généralement de la glace ».

La glace fine fond également plus rapidement que les floes (fragments de glace) plus épais. Les chutes spectaculaires de l’étendue de la banquise en 2007 et 2012, ainsi que la diminution générale de l’étendue estivale, ont entraîné une diminution des régions de glace épaisse et pluriannuelle qui s’est accumulée au cours de plusieurs hivers. En outre, une étude récente a montré que l’eau plus chaude de l’océan Atlantique, qui se trouve généralement bien en dessous des eaux plus froides de l’Arctique, remonte plus près du fond de la glace de mer et la réchauffe par en dessous.

Il y a des effets en cascade dans l’Arctique, a déclaré Mark Serreze, directeur du NSIDC. Le réchauffement des températures océaniques ronge la glace pluriannuelle, plus épaisse, et entraîne également l’amincissement de la glace au début de la saison de la fonte printanière. La fonte en début de saison se traduit par une augmentation des eaux libres, qui absorbent la chaleur du soleil et augmentent la température de l’eau.

« Alors que l’étendue de la couverture de banquise diminue, ce que nous constatons, c’est que nous continuons à perdre cette glace pluriannuelle », a déclaré M. Serreze.

« La glace se rétrécit en été, mais elle devient aussi plus mince. La glace rétrécit en été, mais elle s’amincit aussi. On perd de l’étendue et on perd aussi l’épaisse glace. C’est un double coup dur ».

La deuxième plus faible étendue de glace de mer jamais enregistrée n’est que l’un des nombreux signes du réchauffement du climat dans le nord, a-t-il rajouté, soulignant les vagues de chaleur sibériennes, les feux de forêt, les températures plus élevées que la moyenne dans le centre de l’Arctique, et le dégel du permafrost qui a conduit à une fuite de pétrole russe.

LIRE AUSSI : Les ours polaires pourraient quasi disparaître d’ici à 2100 selon une nouvelle étude

LIRE AUSSI : Les scientifiques en alerte après une nouvelle étude montrant la détérioration rapide de glaciers essentiels en Antarctique

LIRE AUSSI : Les incendies de forêt dans l’Arctique ont émis en deux mois plus de dioxyde de carbone que pour l’ensemble de 2019

LIRE AUSSI : D’ici 15 ans, l’humanité pourrait assister à un « Arctique sans glace »

LIRE AUSSI : Dans l’Arctique canadien, un glacier plus grand que Manhattan s’est décroché

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nid de frelons asiatiques

Morbihan : un nid de 2 mètres de large de frelons asiatiques tueurs d’abeilles découvert dans un arbre

Shell pourrait réduire de 40% ses opérations pétrolières pour se tourner vers les énergies renouvelables