in , ,

Les ours polaires pourraient quasi disparaître d’ici à 2100 selon une nouvelle étude

Une nouvelle étude indique que si les humains ne parviennent pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la plupart des ours polaires pourraient avoir du mal à survivre au-delà de 2100.

Déjà, certaines populations ont probablement franchi des seuils clés qui rendront leur survie difficile, voire impossible, selon les résultats de l’étude publiée lundi dans la revue Nature Climate Change. Cependant, il y a une lueur d’espoir que certains ours soient sauvés.

Bien que le nombre d’ours polaires soit susceptible de diminuer considérablement dans certaines régions, des réductions modérées des émissions de gaz piégeant la chaleur au cours des prochaines décennies pourraient leur permettre de persister dans quelques poches de l’Arctique.

L’avenir des ours polaires est lié à celui de l’Arctique

Les ours polaires sont les plus grands carnivores terrestres de la planète, mais leur destin est intimement lié à ce qui arrive à l’Arctique. Ils comptent sur la glace comme plate-forme pour attraper des phoques – leur proie de prédilection – parce qu’ils ne sont pas assez qualifiés pour les rattraper dans l’eau, explique Péter K. Molnár, professeur adjoint à l’Université de Toronto Scarborough et l’un des auteurs de l’étude.

La vie d’un ours polaire a toujours été caractérisée par des périodes fastes et de famine. En hiver, lorsque la glace est à sa plus grande étendue, les ours essaient de se gaver de phoques pour accumuler des réserves d’énergie pour survivre pendant l’été, lorsque la glace fond et qu’ils sont forcés de se poser sur la terre ferme.

“En fin de compte, les ours ont besoin de nourriture et pour avoir de la nourriture, ils ont besoin de glace”, a déclaré Molnár. 

“Mais pour qu’ils aient de la glace, nous devons contrôler le changement climatique.”

Le jeûne des ours polaires

Déterminer combien de temps les ours dans différentes régions peuvent jeûner avant que la reproduction et la survie des adultes ne soient altérées a été le premier défi des chercheurs.

L’étude a révélé que la durée pendant laquelle un ours peut survivre sans nourriture varie selon la région et la condition de l’ours, mais que les petits sont les premiers à être touchés par un jeûne prolongé. Les femelles adultes avec des oursons sont généralement les deuxièmes plus vulnérables, suivies des mâles adultes et enfin des femelles solitaires, dont certaines peuvent jeûner pendant 255 jours avant que leurs chances de survie ne diminuent fortement, estiment les chercheurs.

La fonte des glaces

Ensuite, les chercheurs ont examiné les projections de fonte des glaces de l’arctique dans deux scénarios du changement climatique pour voir combien de temps les ours pourraient être forcés de se passer de nourriture à l’avenir.

Les glaciers de l’Arctique se sont considérablement rétrécis au cours des dernières décennies , en particulier pendant l’été. Selon Walt Meier, chercheur principal au National Snow and Ice Data Center, les 13 dernières années, de 2007 à 2019, ont été les 13 années les plus basses pour la glace de mer d’été dans l’enregistrement satellite, qui remonte à 1979.

Depuis le milieu des années 1990, l’Arctique a connu des niveaux de réchauffement qui sont plus du double de la moyenne mondiale. Des températures de l’air exceptionnellement élevées sont à l’origine du déclin de la banquise dans l’Arctique et sont principalement causées par la combustion des énergies fossiles, explique Meier.

En regardant vers l’avenir, d’autres études ont révélé que la banquise pourrait disparaître en été dès 2040 ou 2050.

« La question n’est pas de savoir si nous verrons un été sans glace dans l’Arctique – mais quand », a déclaré Meier.

‘… Ils ne sont pas complètement condamnés si nous changeons notre comportement’

En combinant leurs estimations de la durée de jeûne des ours polaires avec les projections de la banquise en arctique, les chercheurs ont pu estimer pour la première fois à quel moment les ours polaires de 13 régions différentes pourraient rencontrer des problèmes à l’avenir.

Certaines populations, comme celles de la baie d’Hudson au Canada, peuvent avoir déjà franchi des seuils qui auront une incidence sur la reproduction et la survie de l’espèce. Et l’avenir sera probablement bien pire pour les ours si aucun effort est fait pour freiner le réchauffement climatique.

Dans un scénario climatique « business as usual », où les humains ne parviennent pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre, presque tous les ours polaires de l’Arctique – en dehors de peut-être quelques groupes dans les îles éloignées de la Reine Elizabeth au Canada – pourraient avoir du mal à survivre d’ici 2100.

Cependant, si les humains sont capables de réduire modérément les émissions mondiales, les chances que les ours dans d’autres régions persistent au-delà de la fin de ce siècle augmentent. Les auteurs expliquent qu’en fin de compte, ces résultats montrent que le sort des ours polaires est entre nos mains.

“Je suis bien conscient que l’histoire que nous racontons est sombre”, a déclaré Molnár. “Mais il y a aussi un élément d’espoir qu’ils ne soient pas complètement condamnés si nous changeons notre comportement.”

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    URGENT. Le parlement égyptien valide une intervention militaire en Libye

    Les admissions d’enfants touchés par la maladie de Kawasaki ont augmenté de près de 500% (étude)