in

Les admissions d’enfants touchés par la maladie de Kawasaki ont augmenté de près de 500% (étude)

Selon une nouvelle étude réalisée par des médecins de l’hôpital Robert Debré à Paris, la maladie de Kawasaki a explosé (+500%) pendant la pandémie de coronavirus.

Selon le professeur Albert Faye, chef du service de pédiatrie générale à l’hôpital Robert Debré, le lien entre le coronavirus et la maladie de Kawasaki chez les enfants “apparaît de manière assez claire”.

“Nous avons pu réaliser une étude qui a essayé d’évaluer sur une quinzaine d’années quelle était la fréquence de la maladie de Kawasaki chez les enfants hospitalisés à Robert Debré”, précise Albert Faye.

De 2005 à 2020, 230 patients ont été hospitalisés avec la maladie de Kawazaki. Mais depuis avril 2020, deux semaines après le pic épidémique de Covid-19, les hospitalisations ont augmenté de 497% selon l’étude.

“Nous avons pu mettre en évidence une augmentation importante de la fréquence de cette maladie pendant la pandémie de Covid-19.” 

La maladie de Kawasaki est bien connue des pédiatres et se soigne “en général avec essentiellement des immunoglobulines”. Elle touche principalement les enfants de moins de 5 ans.

“C’est une maladie inflammatoire qui atteint les petits vaisseaux, qui peut avoir des complications au niveau des coronaires”, explique Albert Faye. Cela se traduit “par une fièvre, une inflammation importante au niveau du sang, une éruption spécifique, un enfant qui est très fatigué, des œdèmes au niveau des extrémités”.

A cause de l’épidémie de coronavirus, les enfants ont développé une forme “plus marquée” de la maladie de Kawasaki, avec “une atteinte au niveau digestif, des douleurs abdominales”. L’inflammation est “un peu plus importante que dans la maladie classique” avec une inflammation du muscle cardiaque (myocardites), une inflammation au niveau du péricarde (péricardites) et une atteinte au niveau du cœur.

“Il y a peut-être un tout petit peu plus de résistance aux immunoglobulines. Mais rapidement, on arrive à améliorer les choses, si nécessaire, en associant des corticoïdes”.

Albert Faye se veut rassurant même si il demande à tous de “rester prudent et continuer à prendre des précautions vis-à-vis du risque d’infection chez l’enfant.”

“Globalement, par rapport au très grand nombre d’adultes qui ont été hospitalisés pour des complications liées au Covid, il y a eu très peu d’enfants hospitalisés, que ce soit pour des complications liées au Covid ou pour la maladie de Kawasaki. Il faut relativiser”.

Le médecin appelle les parents à rester vigilants quant aux symptômes de la maladie de Kawasaki. Certains signes sont récurrents.

 “C’est un enfant très fatigué qui a de la fièvre prolongée (4 ou 5 jours de fièvre), des troubles digestifs, une éruption qui apparaît.” Tout signe dans ce sens-là “doit amener à consulter”, ajoute le pédiatre.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Les ours polaires pourraient quasi disparaître d’ici à 2100 selon une nouvelle étude

    Conseil Scientifique : “L’hypothèse la plus probable est une seconde vague en octobre-novembre-décembre”