in ,

URGENT. Le parlement égyptien valide une intervention militaire en Libye

Le parlement égyptien a autorisé le déploiement de troupes à l’extérieur du pays lundi après que le président Al Sissi a menacé d’une action militaire contre le Gouvernement d’Union National libyen (GNA) reconnu par l’ONU et son allié la Turquie.

Le Parlement a approuvé à l’unanimité “le déploiement des forces armées égyptiennes dans des missions de combat en dehors des frontières de l’Egypte pour défendre la sécurité nationale égyptienne … contre les milices armées criminelles et les éléments terroristes étrangers”, peut-on lire dans un communiqué.

Le déploiement serait effectué sur un “front occidental” – une référence probable à la Libye, voisine occidentale. Cette décision pourrait amener l’Egypte et la Turquie – qui soutiennent les parties rivales – à une confrontation directe.

VOIR AUSSI : Un Haut diplomate américain accuse l’Union Européenne de favoriser le camp du maréchal Haftar en Libye

La Chambre des représentants égyptienne, remplie de partisans du président Abdel Fattah el-Sisi, a approuvé le plan après une séance à huis clos où les députés ont discuté des “menaces auxquelles l’État est confronté” depuis l’ouest, où l’Égypte partage une frontière désertique poreuse avec la Libye déchirée par la guerre.

Stephanie Williams, chef par intérim de la mission de soutien de l’ONU en Libye, a appelé lundi à un “cessez-le-feu immédiat”.

VOIR AUSSI : La France perd son pari en Libye face à la Turquie

Al Sissi a menacé à plusieurs reprises le GNA et la Turquie d’entrer en guerre pour “protéger ses frontières”. Le président égyptien a indiqué que les villes de Syrte et de Jufra étaient les lignes rouges à ne pas dépasser. Ces villes ouvrent les portes d’importantes ressources pétrolières que le camp d’Haftar refuse de perdre.

Une confrontation armée entre la Turquie et l’Egypte serait catastrophique pour une région déjà marquée par dix ans de guerre civile en Libye. La présence de milliers de mercenaires russes, djandjawids et syriens fait craindre un guerre longue et coûteuse en vies humaines.

VOIR AUSSI : La Russie recrute 2 700 mercenaires syriens pour combattre en Libye

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pierre Van Damme (virologue) : “On n’ose pas le dire mais certains secteurs vont peut-être devoir fermer pendant un an”

    Les ours polaires pourraient quasi disparaître d’ici à 2100 selon une nouvelle étude