in , , , , ,

La crise post-coronavirus pourrait provoquer des soulèvements populaires dans le monde entier


Alors que les retombées économiques du COVID-19 s’accumulent, les protestations sur les marchés émergents et frontaliers vont s’amplifier avec l’arrivée de millions de nouveaux chômeurs, de citoyens sous-payés et sous-alimentés, ce qui représente un risque pour la stabilité intérieure sans équivalent au cours des dernières décennies.

La société mondiale de conseil en risques et en stratégie, Verisk Maplecroft, a identifié 37 pays qui connaîtront des pics d’agitation majeurs au cours du second semestre de cette année, sous l’effet d’une douloureuse reprise économique post-pandémique qui va attiser la colère de l’opinion publique contre les gouvernements.

Les économies confrontées à une « tempête parfaite » de risques sont principalement concentrées en Afrique et en Amérique latine, notamment le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Venezuela et le Pérou. Mais les investisseurs, les entreprises et les assureurs des principaux marchés émergents, tels que le Bangladesh, la Turquie et l’Égypte, devront également se préparer à une fin d’année explosive.

La reprise post-pandémique est la clé de la gestion des troubles

Selon les données d’incidents de l’ACLED, les troubles sur les marchés émergents et frontaliers ont diminué en mars, suite à l’introduction généralisée du confinement. Mais les protestations se répandent à nouveau dans les rues du monde entier, alors que les griefs de longue date concernant les inégalités socio-économiques, les droits civils et politiques et la corruption des gouvernements refont surface.

Le nombre total de manifestations sur les marchés frontaliers et émergents a presque retrouvé son niveau d’avant la pandémie. De nombreux pays étant toujours sous contrôle et le choc économique de l’épidémie ne s’étant pas encore fait pleinement sentir, Maplecroft prévoit une augmentation du nombre de manifestations au cours des deux ou trois prochains mois.

Les perspectives sont particulièrement préoccupantes pour les marchés frontaliers et émergents, où le tableau économique post-pandémique est sombre. 37 pays présentant à la fois un faible niveau de capacité de relance et des niveaux prévus élevés de troubles dans les six prochains mois. L’ICR mesure la capacité d’un pays à se remettre de la pandémie en évaluant la force des institutions de l’État, la connectivité physique et numérique, le dynamisme économique, la sensibilité de la population et les facteurs propres à chaque pays, comme les catastrophes naturelles ou le terrorisme, qui pourraient entraver la reprise.

Les pays les plus à risque sont le Nigeria, l’Iran, le Bangladesh, l’Algérie et l’Éthiopie, qui sont confrontés à une « tempête parfaite » de colère populaire alors que les protestations suscitées par les retombées économiques de la pandémie attisent les troubles liés à des griefs préexistants.

Cependant, plusieurs grands marchés émergents, dont l’Inde, le Brésil, la Russie, l’Afrique du Sud, l’Indonésie et la Turquie, se situent juste en dehors de la catégorie de la « tempête parfaite ». Les risques dans ces pays ne sont que légèrement moins graves et constituent toujours une menace importante pour la stabilité.

En Afrique subsaharienne, le risque de manifestations devrait s’intensifier dans un contexte de déclin économique, de pauvreté et d’incapacité à garantir un approvisionnement alimentaire suffisant. Les principaux marchés à surveiller sont le Nigeria (11e), l’Éthiopie (14e) et la République démocratique du Congo (15e). Il suffit d’une étincelle pour déclencher des troubles majeurs dans ce climat instable. Cela s’est déjà produit en Éthiopie, où les récentes manifestations de masse, déclenchées par l’assassinat de l’éminent musicien militant oromo Hachalu Hundessa, ont fait 166 morts.

Au Nigeria et en RD Congo, l’insécurité alimentaire croissante alimente la colère. Bien que la production de riz au Nigeria augmente, elle est encore insuffisante pour nourrir le pays le plus peuplé d’Afrique. Lagos a vu le prix des denrées alimentaires augmenter de 50 % ces derniers mois et la situation est similaire en RDC, où la hausse du prix des denrées de base a entraîné des troubles à Kinshasa et dans d’autres villes, notamment le centre minier de Lubumbashi.

Les pics d’agitation les plus importants pour l’Amérique latine devraient se produire au Venezuela (3e plus mauvaise performance dans l’indice des troubles civils du 3e trimestre 2020) et au Pérou (55e). Mais les principales économies de la région ne seront pas à l’abri : le Chili, le Brésil et l’Argentine se situent juste au-dessus de la catégorie des « tempêtes parfaites », où les risques futurs sont fortement orientés à la baisse.

« Notre scénario de base de janvier – à savoir que 2020 verra une recrudescence des manifestations et que la décennie à venir sera marquée par des troubles sans précédent – est toujours valable. Mais dans les pays les moins préparés à rebondir face à la pandémie, ce scénario semble désormais le plus optimiste », écrit Verisk Maplecroft.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« On veut respirer » : le mot d’ordre de la convergence entre militants anti-bavures policières, écologistes et gilets jaunes

Les experts américains critiquent la gestion de l’épidémie par Donald Trump