in ,

La pandémie de COVID-19 met des centaines de millions de personnes en danger d’insécurité alimentaire aiguë


L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a constaté que la pandémie de COVID-19 fait grimper les taux d’insécurité alimentaire dans le monde.

«La pandémie de COVID-19 représente un danger clair et actuel pour la sécurité alimentaire et la nutrition, en particulier pour les communautés les plus vulnérables du monde», a déclaré hier le Directeur général de la FAO, QU Dongyu.

Les données de l’initiative de classification intégrée de la sécurité alimentaire (IPC) ont révélé qu’en Afghanistan, l’insécurité alimentaire a été aggravée par l’impact de la pandémie. Les dernières estimations suggèrent que 10,3 millions de personnes connaissent des niveaux de crise de faim aiguë, ou pire. 

Idem en République centrafricaine, où 2,4 millions de personnes sont actuellement confrontées à une crise, ou à des niveaux d’insécurité alimentaire aiguë plus graves. Une augmentation de 11% par rapport aux périodes antérieures à la pandémie a été observée par l’IPC. En Somalie, 3,5 millions de personnes devraient faire face à une crise dans les prochains mois, soit trois fois le montant prévu début 2020.

« Nous risquons une crise alimentaire imminente à moins que des mesures ne soient prises rapidement pour protéger les plus vulnérables, maintenir les chaînes d’approvisionnement agricoles mondiales et atténuer les effets de la pandémie sur le système alimentaire », a déclaré le Directeur général de la FAO.

Le message de Qu intervient avant la publication d’une nouvelle note politique du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a averti que les systèmes alimentaires sont défaillants pour les plus vulnérables du monde et que la pandémie de COVID-19 l’aggravait. Sur la base des tendances actuelles, d’ici 2030, plus de 840 millions de personnes seront menacées ou vivront dans la famine.

« Si la tendance se poursuit, on estime que d’ici à 2030, ce nombre dépassera les 840 millions de personnes. Ça signifie clairement que l’objectif [d’éradiquer la faim d’ici à 2030, établi par l’ONU en 2015] n’est pas en voie d’être atteint », a commenté Thibault Meilland, analyste des politiques au sein de la FAO.

La FAO et d’autres agences des Nations Unies craignent que le COVID-19 et son vaste impact sur l’activité économique limitent la capacité des populations à accéder à la nourriture. 

Qu a déclaré que jusqu’à présent, la nécessité de soutenir les moyens de subsistance était largement ignorée par les gouvernements. Avant la pandémie, 135 millions de personnes souffraient de faim aiguë causée par les catastrophes climatiques, les conflits et le ralentissement économique. 183 millions de personnes supplémentaires risquaient d’être plongées dans la faim extrême si un autre facteur de stress se manifestait.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Il n’y aura pas de retour à la normale dans un avenir prévisible » (OMS)

La production de pétrole de schiste a atteint son pic aux Etats-Unis