Plus d’un tiers du Pakistan submergé par les eaux suite à des inondations apocalyptiques

Pakistan inondations apocalyptiques réchauffement climatique mousson

Les images satellites de l’Agence spatiale européenne (ESA) sont formelles : plus d’un tiers du Pakistan est actuellement sous les eaux. Les inondations apocalyptiques que vit le pays pourraient provoquer d’autres catastrophes en cascade.

Le Pakistan sous les eaux après des inondations apocalyptiques

Depuis huit semaines, des pluies torrentielles frappent le pays provoquant des inondations meurtrières, un manque de nourriture et d’eau potable ainsi qu’un exode massif de réfugiés. Les inondations dites “apocalyptiques” ont détruit un million de maisons et environ 3 000 km de routes. Près de 500 000 personnes se trouvent dans des camps de déplacés, et beaucoup d’autres n’ont nulle part où aller.

Les pluies de la mousson sont dix fois plus importantes que d’habitude, ce qui provoque un débordement des lacs notamment l’Indus. Plus d’un millier de personnes sont déjà mortes.

“Tout n’est qu’un grand océan, il n’y a pas de terre ferme pour pomper l’eau”, a déclaré Sherry Rehman, Ministre du changement climatique du Pakistan, qualifiant la situation de “crise aux proportions inimaginables”.

Les autorités estiment que plus de 33 millions de Pakistanais, soit une personne sur sept, ont été touchés par ces inondations apocalyptiques.

“Littéralement, un tiers du Pakistan est sous l’eau en ce moment, ce qui a dépassé toutes les limites, que nous avons connues dans le passé”, a déclaré Mme Rehman à l’agence de presse AFP.

Les autorités pakistanaises ont averti qu’il pourrait s’écouler jusqu’à six mois avant que les eaux mortelles ne se retirent des zones les plus durement touchées du pays, alors que les craintes augmentent face à la menace posée par les maladies, notamment le choléra et la dengue.

LIRE AUSSI : Climat : les six catastrophes mondiales qui pourraient frapper la civilisation humaine

Les inondations apocalyptiques provoquent la faim et les maladies

L’eau a recouvert les millions d’hectares de culture et fait disparaître des centaines de milliers de têtes de bétail. Le Premier ministre Shehbaz Sharif a déclaré le 30 août que la population était confrontée à des pénuries alimentaires et que le prix des produits de base tels que les tomates et les oignons avait “monté en flèche”.

Pakistan inondations apocalyptiques
Une route immergée au milieu des eaux

Selon l’organisation caritative Action contre la faim, 27 millions de personnes dans le pays n’avaient pas accès à suffisamment de nourriture avant les inondations, et maintenant le risque de famine généralisée est encore plus imminent, a rapporté CNN.

“Notre priorité en ce moment est d’aider à sauver et à protéger des vies alors que les eaux continuent de monter. L’ampleur de ces inondations a causé un niveau de destruction choquant – les cultures ont été balayées et le bétail tué sur d’immenses étendues du pays, ce qui signifie que la faim va suivre”, a déclaré l’organisation humanitaire.

Pendant ce temps, les agences d’aide ont mis en garde contre une augmentation des maladies infectieuses, laissant des millions de personnes vulnérables aux maladies causées par ce que les Nations Unies ont appelé une “mousson aux stéroïdes”.

Depuis la mi-juin, au moins 400 enfants sont morts suite aux inondations apocalyptiques, tandis que des millions de personnes ont été déplacées, selon l’ Autorité nationale pakistanaise de gestion des catastrophes.

LIRE AUSSI : Pour cet ancien trader de la City, des banques « parient sur l’effondrement » de la planète

Le Pakistan pointe du doigt le réchauffement climatique provoqué par occidentaux

Les autorités pakistanaises ont déclaré mardi que le pays a connu une série d’événements météorologiques anormaux cette année. Quatre vagues de chaleur sont survenues immédiatement après l’hiver, ce qui a donné lieu à une année “sans printemps”. La chaleur a brûlé les cultures. Mais ces dernières semaines, certaines parties du pays ont connu des précipitations environ quatre fois supérieures à la moyenne sur 30 ans.

Le Premier Ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, a annoncé que le pays fera prochainement un nouveau prêt au Fonds monétaire international, qui a approuvé la demande lundi et débloqué 1,1 milliard de dollars pour le pays.

Les autorités pakistanaises s’inquiètent du dérèglement climatique et pointent du doigt l’inaction des pays occidentaux qu’elles jugent responsables des événements météorologiques extrêmes.

“Nous voulons montrer cela au monde développé en particulier. La qualité de vie dont jouissent les Occidentaux aujourd’hui, quelqu’un en paie le prix dans le monde en développement”, a déclaré Ahsan Iqbal, ministre du Plan et du Développement.

Le Pakistan qui compte 220 millions d’habitants est l’un des pays du monde les plus touchés par le dérèglement climatique pourtant il émet moins de 1 % des gaz à effets de serre qui réchauffent la planète. Les sécheresses et les inondations rythment désormais la vie du pays déjà fragilisé par une crise politique et économique. Les prochaines semaines pourraient voir apparaître la famine, des épidémies et des révoltes..

LIRE AUSSI : Les 4 facteurs majeures qui vont déclencher une crise alimentaire mondiale


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee
récession plus grande banque des Etats-Unis JPMorgan crise économique krach financier inflation

Le DG de JPMorgan Chase prévient que “quelque chose de pire” qu’une récession pourrait se produire