Les services de renseignement craignent une “explosion sociale”

explosion sociale services de renseignement territorial reforme des retraites

Les services de renseignement annoncent, dans une note confidentielle, craindre une “explosion sociale” face à la situation économique et sociale du pays. Une “nouvelle mobilisation citoyenne d’ampleur” pourrait surgir “dans le prolongement des annonces du gouvernement”.

Une explosion sociale dans les prochains mois ?

Les services de renseignement territorial se disent préoccupés par la colère qui monte au sein de la population française, mais également par la manière dont ce mécontentement pourrait se traduire.

Cette information révélée par BFM TV confirme un récent sondage IFOP qui indique qu’à l’approche de la réforme des retraites, 48% des français se déclarent “révoltés” face à la situation économique et sociale du pays et 79% pensent que la France peut connaître une explosion sociale dans les prochains mois.

Selon la note du renseignement territorial publiée le 6 janvier, de nombreuses circonstances font augmenter la menace.

“La hausse des prix de l’énergie pénalise de nombreuses activités, dont la rentabilité est aujourd’hui menacée”, écrivent les policiers, estimant que “l’année 2023 s’annonce difficile, avec de fortes revendications salariales dans le public comme dans le privé.”

Salariés et artisans victimes de la hausse des prix

Les français sont touchés de plein fouet par la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Les grandes usines ferment tout comme les restaurants et boulangeries. Les prix de l’électricité et du gaz sont trop élevés pour permettre aux patrons de continuer à travailler.

Dans la note confidentielle, les policiers indiquent que “la hausse des prix de l’énergie pénalise de nombreuses activités, dont la rentabilité est aujourd’hui menacée”.

“Le désarroi de nombreux professionnels, particulièrement les petits artisans de l’alimentaire, est désormais palpable”.

Dans le même temps, les salariés voient leur pouvoir d’achat s’effriter un peu plus chaque mois. Contrairement à de nombreux pays, le gouvernement français a refusé toute hausse significative des salaires.

“L’année 2023 s’annonce difficile, avec de fortes revendications salariales dans le public comme dans le privé”, ajoutent les agents.

Des revendications autonomes en dehors des syndicats traditionnels

Des collectifs de travailleurs en dehors de tout cadre syndical se mettent en place pour exiger du changement dans leur entreprise. Ce n’est pas la première fois puisque la France a connu ces dernières années plusieurs mouvements de protestation autonomes notamment les gilets jaunes ou encore celui des grèves dans les raffineries qui avaient lieu parfois contre l’avis des intersyndicales.

Les artisans boulangers se mettent en relation pour organiser des manifestations comme celle qui aura lieu le 23 janvier.

“Des initiatives de corporations, pourtant peu habituées à se mobiliser, en agissant sous forme de collectifs, voient désormais le jour”, notent les renseignements.

Corinne Butard, gérante de trois boulangeries, a annoncé récemment qu’elle allait défiler dans les rues de Paris pour la première fois de sa vie. Une dernière bouteille à la mer avant l’explosion ?

Le gouvernement Macron veut passer en force

La Première ministre Elisabeth Borne a déclenché le 49.3 une dizaine de fois en seulement deux mois fin 2022. Le passage en force orchestré par le gouvernement empêche tout débat à l’Assemblée Nationale et les députés de l’opposition sont désarmés.

Elisabeth Borne a présenté ce 10 janvier 2023 son projet de réforme des retraites. Un “projet pour l’équilibre du système” selon la cheffe du gouvernement qui ressemble davantage à une position idéologique.

Selon les spécialistes, le système des retraites n’est pas en danger. Il s’agit plutôt de réaliser des économies massives sur la population pour continuer de baisser les impôts sur les entreprises appelés également “cadeaux fiscaux aux grands groupes”.

A noter qu’à 62 ans, 25% des plus précaires sont déjà morts contre 5% des plus riches. Le recul de l’âge de départ en retraite va une fois encore pénaliser la population dont la vie est déjà difficile.

La résistance sociale s’organise..

Les prochaines semaines risquent de se transformer en conflit social de grande ampleur. La décision de lancer la réforme des retraites alors que la population souffre déjà de l’inflation et de la hausse des prix de l’énergie sonne comme une ultime défiance de la part du gouvernement.

Les gilets jaunes pourraient voir leur nombre augmenter lors des prochains rassemblements. Ils étaient autour de 5 000 le week-end du 7 janvier 2023. Les artisans, dont les factures énergétiques explosent, organisent également leur survie en manifestant le 23 janvier 2023 à Paris.

Sur les réseaux sociaux et dans les entreprises, la résistance s’organise également puisque des grèves et manifestations sont déjà prévues. L’ensemble des organisations syndicales ont appelé à manifester le 19 janvier contre la réforme des retraites ainsi que plusieurs partis dont la coalition NUPES.

Le secrétaire général CGT Cheminots de Versailles, Matthieu Bolle-Reddat, a déjà fait savoir face caméra qu’il était prêt à faire 50-60 jours de grève pour dire stop au gouvernement..


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee

Pakistan inondations apocalyptiques réchauffement climatique mousson

Plus d’un tiers du Pakistan submergé par les eaux suite à des inondations apocalyptiques