in

Les incendies de forêt dans l’Arctique ont émis en deux mois plus de dioxyde de carbone que pour l’ensemble de 2019

Environ 205 mégatonnes de dioxyde de carbone ont été émises rien qu’en juin et juillet alors que la Sibérie est frappée par une vague de chaleur.

La quantité de dioxyde de carbone émise par les incendies de forêt dans l’ Arctique cette année est déjà 35% plus élevée que le chiffre pour l’ensemble de 2019.

Les dernières données fournies par l’EU Copernic montrent que jusqu’au 24 août, 245 mégatonnes de CO2 avaient été libérés de feux de forêt cette année. Le chiffre pour l’ensemble de l’année dernière était de 181 mégatonnes.

Le nombre maximal d’observations de feux actifs était d’environ 600 fin juillet, contre 400 en 2019. Le nombre équivalent moyen entre 2003 et 2018 était d’environ 100. Copernicus a estimé que 205 mégatonnes de CO2 ont été émises entre le 1er juin et le 31 juillet seulement. Les incendies de forêt ont coïncidé avec une vague de chaleur en Sibérie, où les températures ont grimpé à plus de 30 °C dans certaines régions.

Le Dr Mark Parrington, scientifique principal à Copernicus, a déclaré que les incendies de forêt dans l’Arctique cet été pourraient créer un nouveau précédent. Les émissions ont considérablement augmenté en juillet et début août par rapport à 2019.

«À certains égards [les données] ont été similaires à celles de 2019 en termes de conditions sèches et chaudes dans l’Arctique sibérien. Cette année, la différence était un grand groupe d’incendies qui ont brûlé en juillet pendant plusieurs jours, entraînant des émissions estimées plus élevées. »

Le Dr Thomas Smith, professeur adjoint en géographie environnementale à la London School of Economics, a déclaré que 2019 avait déjà été une année anormale dans le cercle polaire arctique. 

«Nous avons vu deux ans d’activité anormalement élevée, selon le bilan satellite qui remonte à 2003», a-t-il déclaré.

Smith a également averti que certains incendies détruisaient d’anciennes tourbières contenant du carbone accumulé pendant des milliers d’années, un processus similaire à la combustion de combustibles fossiles.

L’analyse effectuée par Smith, couvrant les mois de mai et juin de cette année, a suggéré qu’environ 50% des incendies dans le cercle polaire arctique brûlaient sur des sols tourbeux, la grande majorité des incendies se produisant dans l’est de la Sibérie.

Les incendies de forêt dans l’Arctique sont devenus une source de préoccupation ces dernières années, les incendies devenant de plus en plus répandus et persistants en 2019 et 2020.

En juin, le service de protection aérienne des forêts de la Russie a signalé que 3,4 millions d’acres de forêt sibérienne brûlaient dans des zones inaccessibles aux pompiers. L’été dernier, les incendies dans l’Arctique ont été si intenses qu’ils ont créé un nuage de fumée et de suie plus gros que la masse continentale de l’ UE.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Thomas Piketty refuse de censurer son livre pour accéder au marché chinois

    Le syndicaliste Anasse Kazib menacé de mort par Thierry Veyrier ( responsable RN)