L’inflation s’effondre dans le monde en pleine pandémie de coronavirus

L’inflation dans les pays les plus riches s’est effondrée au rythme le plus rapide depuis la crise financière, alors que l’épidémie de coronavirus plonge le monde dans la récession la plus importante depuis près d’un siècle.

L’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a déclaré que la croissance annuelle du prix des biens et services dans le groupe des 37 pays avancés avait considérablement ralenti en mars alors que Covid-19 mettait les affaires et les activités sociales au point mort.

Dans un contexte d’évaporation de la demande des consommateurs et des entreprises alors que les gouvernements imposent des mesures strictes de confinement pour limiter la propagation du virus, l’inflation dans la zone OCDE est tombée à 1,7% en mars contre 2,3% en février, la plus forte décélération depuis la crise financière de 2008.

Dans un contexte de baisse des prix mondiaux du pétrole au milieu d’une guerre des prix entre l’Arabie saoudite et la Russie et alors que l’économie mondiale se dirige vers la récession la plus importante depuis la Grande Dépression, le groupe basé à Paris a déclaré que les prix de l’énergie avaient chuté de 3,6% en mars, dans un contexte dramatique. L’inflation des prix des denrées alimentaires a quant à elle augmenté à 2,4% en mars, contre 2% un mois plus tôt.

On craint de plus en plus que la récession mondiale déclenchée par la pandémie de coronavirus n’entraîne une spirale déflationniste dommageable. La déflation, c’est quand le prix des biens et services baisse pendant une période prolongée.

Les consommateurs peuvent différer leurs achats en prévision de prix moins chers à l’avenir. Cependant, les entreprises peuvent réduire les salaires pour faire face à la baisse de leurs prix, alimentant un cercle vicieux.

Janet Henry, l’économiste en chef mondiale de HSBC, a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’inflation aux États-Unis, dans la zone euro et dans la plupart des pays riches du G10 devienne négative au cours des prochains mois.

« L’inflation se dirige encore plus bas, entraînée par le dernier effondrement des prix du pétrole. »

Elle a averti que l’inflation pourrait monter en flèche si les gouvernements et les banques centrales surestimaient les dommages causés aux chaînes d’approvisionnement mondiales par la pandémie, et offraient trop de soutien aux entreprises et aux ménages pour maintenir leurs dépenses.

Cependant, si le Covid-19 paralysait l’économie pire que prévu, « un relâchement supplémentaire de l’économie résultant d’un échec à stimuler suffisamment la demande pourrait en fin de compte entraîner une inflation inférieure à l’objectif ou même une déflation pure et simple », a-t-elle ajouté.

Selon l’OCDE, l’inflation annuelle a également fortement chuté au Canada, à 0,9% en mars, après 2,2% en février, tandis que celle aux États-Unis, la France, l’Allemagne et l’Italie ont également fortement baissé.

Les « frelons meurtriers » débarquent aux États-Unis pour la première fois

Total maintient la distribution des dividendes malgré une chute des bénéfices (-99%)