L’économie circulaire : une solution pour une relance économique de l’UE plus résiliente et écologique

Selon un rapport de Material Economics intitulé “L’économie circulaire et la reprise post-covid”, un virage ambitieux vers une économie circulaire avant 2030 pourrait générer jusqu’à 535 milliards d’euros par an, en réduisant les coûts liés à la mobilité, au logement et à l’alimentation. Cela correspond à 2400 euros par an d’économies pour chaque ménage dans l’Union Européenne.

La pandémie COVID-19 a été catastrophique, avec près de 34 millions de cas confirmés et plus d’un million de décès au 30 septembre 2020, et a eu de graves répercussions économiques dans le monde entier. Alors que les décideurs politiques sont confrontés à cette crise de santé publique, ils doivent également mobiliser les efforts de relance pour revitaliser une économie frappée par les effets de la pandémie.

L’économie circulaire pour changer tout un modèle

Le rapport de Material Economics met en avant les avantages de l’économie circulaire pour relancer l’économie de l’Union Européenne sur des bases plus écologiques, locales et résilientes.

“Les mêmes principes qui s’appliquent à une économie circulaire peuvent également aider l’Europe à se remettre des impacts économiques du Covid-19 et c’est bien ce que montre ce rapport. Les gouvernements et les institutions devraient placer l’économie circulaire au cœur de leurs plans de relance”, explique Stéphane Arditi, responsable de la politique des produits et des déchets, Bureau européen de l’environnement .

Les responsables européens reconnaissent qu’il s’agit d’un moment décisif : des investissements majeurs sont en préparation tant au niveau de l’UE qu’au sein des États membres, et ils pourraient façonner la trajectoire de développement économique du continent pendant de nombreuses années.

L’économie circulaire pourrait jouer un rôle clé pour garantir la compétitivité de l’industrie européenne au niveau mondial et que cette dernière soit un leader de l’innovation dans les décennies à venir. Les possibilités sont vastes et couvrent des chaînes de valeur qui représentent environ 60 % des dépenses des ménages : mobilité, environnement bâti/villes et alimentation.

La relance économique serait assurée par toute une série de mécanismes, allant de l’utilisation accrue des biens d’équipement à la réduction des déchets et à l’amélioration de l’efficacité, en passant par la mobilisation de nouvelles ressources et de nouveaux systèmes de production.

Objectifs climatiques et économie circulaire

Environ 45 % du total des émissions de CO2 dans l’UE peuvent être retracées jusqu’à la production des voitures, de la nourriture, des vêtements et des autres produits que nous utilisons sur une base quotidienne. Environ la moitié d’entre eux sont liés à des émissions industrielles pour produire des matériaux (le reste est attribué à l’agriculture, à la sylviculture et à d’autres utilisations des terres). Jusqu’à deux tiers des émissions industrielles de CO2 sont liées à la production et à l’utilisation de matériaux à forte intensité énergétique tels que le plastique, l’acier, l’aluminium ou le ciment.

Ces émissions constituent une énigme pour les objectifs climatiques de l’UE : les technologies nécessaires à la production sans carbone ne sont pas encore utilisées, sont souvent plus coûteuses que les processus industriels actuels et nécessitent également des investissements importants pour obtenir une très grande quantité d’électricité sans carbone pour être viable.

L’économie circulaire offre une voie complémentaire pour réduire ces émissions. L’amélioration de l’utilisation et de la réutilisation des principaux matériaux pourrait réduire considérablement les émissions industrielles, en partie grâce à la réduction des émissions provenant de la production d’énergie. Ces émissions pourraient être réduites de plus de 50 %, ce qui diminuerait les émissions de CO2 de l’UE de près de 300 millions de tonnes de CO2 par an d’ici le milieu du siècle.

“La conception circulaire des produits, la réduction des déchets et le recyclage, sont de vraies sources de nouveaux emplois verts. Cela peut fortement renforcer l’industrie européenne, tout en atténuant sa dépendance vis-à-vis des importations et de l’extraction des matières premières. C’est le type de progrès dont nous avons besoin pour la reprise économique et face aux urgences climatiques et environnementales actuelles.

Nous devons nous éloigner du modèle actuel d’économie linéaire, car il est fondé sur des pratiques commerciales peu rentables qui créeront des effets d’entraînement à long terme, risquent de créer des actifs immobilisés et donc d’entraîner des pertes d’emplois”, insiste Stéphane Arditi.

Dans ce rapport, les auteurs se concentrent sur le rôle de l’économie circulaire dans la reprise. Ils examinent les avantages potentiels dans le contexte des priorités de l’UE en matière de relance post-COVID-19 et présentent un programme d’action allant de l’augmentation progressive dans la réutilisation, la réparation ou le recyclage des matériaux et des produits, à des changements systémiques dans la mobilité partagée, l’agriculture régénérative, les modes d’utilisation des bâtiments ou des changements de modèles pour des services de toute une série de biens de consommation.

Tous ont en commun un changement majeur : d’une économie très dépendante sur la poursuite de la fourniture (et de l’élimination rapide) de ressources et d’énergie, à un organisme qui mobilise de nouvelles sources de valeur, en fonction de nouveaux intrants tels qu’une utilisation accrue de données, de logistique avancée, de travail et de systèmes naturels.

L’emploi et l’économie circulaire

Selon les chercheurs, une transition vers une économie plus circulaire peut contribuer de manière significative aux priorités de l’UE en matière de résilience, d’emploi et de protection de l’environnement, tout en offrant une opportunité majeure en termes purement économiques – à la fois une stimulation à court terme et une productivité à plus long terme.

En additionnant un large éventail de mesures, une étude réalisée pour la Commission européenne a estimé qu’une transition vers une économie circulaire pourrait
créer de 650 000 à 700 000 emplois nets d’ici 2030. Ces augmentations d’emplois sont un élément clé pour l’inclusion sociale et l’égalité. Outre la création d’emplois, le passage à une économie plus circulaire permettrait de réduire les coûts dans les principaux secteurs de l’économie tels que la mobilité, le logement et l’alimentation. La réduction du coût de ces services essentiels permettrait de les rendre plus accessibles, ce qui contribuerait à l’égalité sociale dans toute l’UE.

“L’économie circulaire reste une opportunité majeure pour l’Europe, car elle contribue aux objectifs clés d’amélioration de la résilience, d’atténuation du climat et de création d’emplois locaux. Dans cette étude, nous constatons également qu’elle peut créer une valeur économique importante, tant en termes de création de valeur à long terme, à hauteur de 500 milliards d’euros par an d’ici 2030, qu’en termes de possibilités de relance à court terme, alors que l’Europe cherche des moyens de se remettre de la crise économique COVID-19”, indique Per Klevnäs, partenaire de Material Economics et l’un des auteurs de l’étude. 

Selon les chercheurs, l’Union Européenne doit saisir les opportunités de relance économique et définir la bonne voie pour l’horizon 2030 et au-delà. Les dirigeants européens ont exprimé le souhait d’inclure l’économie circulaire dans les plans de relance, et certains pays prennent déjà des mesures dans ce sens.

Des chercheurs néerlandais signalent un premier décès par réinfection au COVID-19

L’énergie solaire est désormais «l’électricité la moins chère de l’histoire», selon l’AIE