Climat. 90% du charbon mondial est désormais « inextractible »

charbon pétrole climat

Selon une nouvelle analyse publiée sur le site de la revue scientifique Nature, une grande majorité des réserves de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) devra rester sous terre pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

Les chercheurs de l’University College London indiquent que 90% du charbon et 60% des réserves de pétrole et de gaz ne devront pas être extraites des sols pour garder 50% de chances de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C. Selon ces experts, dans le cadre de la lutte climatique, les nouveaux projets d’extraction de combustibles fossiles n’ont aucun sens.

Les entreprises pétrolières et gazières vers un krach boursier ?

Pour respecter les mesures sur le climat, l’industrie des combustibles fossiles (gaz, pétrole, charbon) doit avoir atteint son pic de production d’ici un an. Une catastrophe pour les grandes entreprises cotées en bourse qui ont longtemps ralenti les débats sur le réchauffement climatique.

Aramco a engrangé plus de 21 milliards de dollars de bénéfice net sur le premier trimestre 2021 renouant avec ses chiffres d’avant crise. Le géant pétrolier saoudien est valorisé à plus de 1 700 milliards soit la société la plus chère du monde, loin devant Apple.

Pourtant, Mark Carney, ancien directeur de la Banque d’Angleterre, avait déclaré en 2019 qu’un “bon nombre des actifs des entreprises deviendront sans valeur” dans les prochaines années. Pour l’Envoyé spécial des Nations Unies pour le financement de l’action climatique, les marchés financiers ne prennent pas la mesure du défi existentiel que représente l’urgence climatique.

Risque d’effondrement des pays producteurs de pétrole et gaz

De nombreux Etats dépendent fortement des revenus du pétrole ou du gaz. Une interruption des revenus pétroliers en Arabie Saoudite, en Algérie ou au Nigéria aurait des conséquences dramatiques pour la stabilité de ces pays. A titre d’exemple, les exportations énergétiques représentent 90% du commerce extérieur des deux premiers pays et 95% pour le dernier.

Ces chiffres montrent le manque de préparation des pays producteurs de pétrole et de gaz aux enjeux liés à la transition écologique. Si des projets à l‘énergie solaire sont en cours de réalisation, ils semblent anecdotiques face aux revenus obtenus actuellement grâce aux combustibles fossiles.

Une fois cette manne financière partie en fumée, de nombreux pays pourraient connaître une instabilité importante voire un effondrement économique.

Les profits avant le climat : charbon et pétrole à gogo

En mai, un rapport de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) a conclu qu’il ne pourrait pas y avoir de nouveaux investissements dans le pétrole, le gaz ou le charbon si le monde souhaitait atteindre le zéro net d’émission d’ici 2050. Pourtant la Chine a annoncé qu’elle poursuivra son financement de plusieurs milliards de dollars de centrales à charbon dans les pays en développement.

Côté occidental, les signatures de traités et les belles promesses électorales n’empêchent pas les industries fossiles de prospérer. Joe Biden, présenté comme l’anti Trump en matière d’écologie, prévoit de mettre aux enchères l’exploitation pétrolière et gazière d’une gigantesque zone maritime. Un business juteux permettant l’exploitation de 1,1 milliard de barils de pétrole et 125 milliards de mètres cubes de gaz.

« Chaque fois que du pétrole et du gaz sont trouvés, chaque gouvernement dans le monde, malgré tout ce qu’il a pu dire [à propos du climat], essaie de le pomper. […] Les pays avec des compagnies pétrolières nationalisées ne voient qu’un tas de leur richesse s’évaporer », déclare le professeur Paul Ekins de l’University College London, l’un des membres de l’équipe de recherche.  .

Le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) indique que le seuil de +1,5°C de réchauffement devrait être atteint en 2030, soit dix ans plus tôt que les précédentes projections. Selon le rapport, le monde se dirige vers +4°C à 5°C pour 2100, si les promesses des Etats ne sont pas tenues. De quoi déprimer.

été 2021 plus chaud europe canicule

L’été 2021 a été le plus chaud jamais enregistré en Europe

nouvelle zélande effondrement bunker milliardaires

Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande