Gestes pour sauver la planète : Julien Doré donne une leçon à une journaliste

Le chanteur Julien Doré a donné son point de vue sur « les petits gestes quotidiens pour sauver la planète ». Il a fustigé un discours de culpabilité des gouvernements autour de l’écologie tout en dénonçant leur inaction.

Sur Twitter, la vidéo a déjà été vue plus de 300 000 fois, le chanteur a été félicité par les militants écologistes.

Petits gestes pour la planète : les experts donnent raison à Julien Doré

Pendant longtemps, l’écologie a été présentée comme une affaire de responsabilité individuelle. Selon le député européen Pierre Larrouturou, l’idée d’une empreinte carbone personnel a été popularisée par une grande campagne publicitaire de la multinationale BP, conçue par Ogilvy.

Le but de cette campagne de communication était de détourner la responsabilité des grandes industries (notamment fossiles) dans la destruction de la planète vers le consommateur isolé. Plutôt que d’exiger un véritable changement de système, l’empreinte carbone personnel a permis de culpabiliser les individus tout en laissant le champ libre aux véritables pollueurs de la planète.

Le cabinet Carbone 4 a sorti un rapport montrant que les petits gestes pour la planète ne suffiront jamais à éviter le réchauffement climatique. Même en adoptant un comportement héroïque (végétarien, écogestes, zéro voiture, avion etc…), l’impacte serait de 25% sur les émissions nationales. Le rapport estime qu’avec un changement de comportement réaliste des individus, nos émissions baisseraient de seulement 10%.

Un changement radical de système pour sauver la planète

Julien Doré a ponté du doigt la culpabilisation des citoyens avec les petits gestes pour la planète alors que la seule solution est un changement radical. La fable du colibris a pris du plomb dans l’aile ces dernières années grâce à notamment l’action des militants pour le climat et en première ligne Greta Thunberg. Les petites gestes se sont transformés en de grandes manifestations à travers le monde pour demander un changement radical de notre système industriel. La militante suédoise a même dénoncé l’inaction des gouvernements et des organisations internationales à l’ONU devant des chefs d’Etat médusés.

Des associations comme Youth for Climate, Extinction Rebellion, Alternatiba et bien d’autres ont décidé de viser les véritables pollueurs. Les entreprises comme Amazon ou Lafarge ont été ciblées par des manifestations et des actions devant les usines et entrepôts. Le Ministère de la Transition Ecologique est également régulièrement critiqué pour son double discours et son greenwashing sur les réseaux sociaux.

La collapsologie, la solastalgie, et la dépression des militants

Les études scientifiques se multiplient sans que les gouvernements agissent pour sauver la planète. Les pires scénarios sont désormais ceux qui semblent les plus réalistes et les militants se sentent impuissants. Le dernier rapport du GIEC évoque un réchauffement climatique à +4°C voire 5°C si des mesures radicales ne sont pas prises par les Etats.

Face à cette situation dramatique, de nombreux jeunes et / ou militants écologistes sombrent dans l’éco-anxiété aussi appelée solastalgie. Les petits gestes pour sauver la planète sont désormais remplacés par la validation des thèses de la collapsologie, science de l’effondrement. La dépression et la colère gagnent les rangs des activistes impuissants face à la toute puissance des lobbys pendant que les milliardaires se construisent des bunkers en Nouvelle Zélande.

nouvelle zélande effondrement bunker milliardaires

Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande

armée britannique climat

L’armée britannique se prépare à une pénurie de ressources due au climat