Progression de l’éolien et du solaire qui produisent désormais un dixième de l’électricité mondiale

Le groupe de réflexion indépendant sur le climat Ember a publié un nouveau rapport montrant que l’énergie éolienne et solaire représentait 10% de la production mondiale d’électricité au cours des six premiers mois de 2020. Ce chiffre représente un bond impressionnant par rapport à la situation il y a cinq ans, alors qu’il n’en représentait que 5%.

La production éolienne et solaire a augmenté de 14% au premier semestre de 2020 par rapport à la même période en 2019, générant près d’un dixième (9,8%) de l’électricité mondiale . Dans les 48 pays analysés, la production éolienne et solaire est passée de 992 térawattheures en 2019 à 1129 térawattheures au premier semestre 2020. Cela signifie que la part de l’énergie éolienne et solaire dans l’électricité mondiale est passée de 8,1% en 2019 à 9,8% au premier semestre 2020. Au moment de l’Accord de Paris sur le climat, les énergies renouvelables ne représentaient que 4,6%. 

L’éolien et le solaire ont généré presque autant d’énergie sans CO2 que les centrales nucléaires, qui ont produit 10,5% de l’électricité mondiale au premier semestre 2020 et dont la part est restée inchangée par rapport à 2019.

Les pays leaders

De nombreux pays clés produisent désormais environ un dixième de leur électricité à partir de l’énergie éolienne et solaire: la Chine (10%), les États-Unis (12%), l’Inde (10%), le Japon (10%), le Brésil (10%) et la Turquie (13 %). 

L’Union Européenne et le Royaume-Uni ont progressé avec respectivement 21% et 33%. Au sein de l’UE, l’Allemagne est passée à 42%. La Russie est à ce jour le plus grand pays à éviter l’éolien et le solaire, avec seulement 0,2% de son électricité d’origine éolienne et solaire.

Baisse historique de la production mondiale de charbon

La production mondiale de charbon a chuté de 8,3% au premier semestre 2020, par rapport au premier semestre 2019 . Un nouveau record, après la baisse de 3% d’une année sur l’autre en 2019, qui était à l’époque la plus forte baisse depuis au moins 1990. La baisse au premier semestre 2020 est due au fait que la demande d’électricité a baissé de 3,0% dans le monde au premier semestre 2020 en raison de la pandémie COVID-19, ainsi qu’en raison de la montée du vent et du solaire.

Bien que 70% de la baisse de la production du charbon au premier semestre 2020 est à attribuée à une baisse de la demande d’électricité due au COVID-19, les 30% restant peuvent être attribués à l’augmentation de la production éolienne et solaire.

LIRE AUSSI : L’administration Trump assouplit les normes environnementales sur les centrales à charbon

 Les États-Unis et l’UE accélèrent leur réduction du charbon, avec des baisses de 31% et 32% respectivement. Le charbon de la Chine n’a baissé que de 2%, ce qui signifie que sa part dans la production mondiale de charbon est passée à 54% jusqu’à présent cette année, contre 50% en 2019 et 44% en 2015.

L’éolien et le solaire font une percée

La part de marché de l’éolien et du solaire a récupéré cinq points de pourcentage du charbon depuis 2015. La part du charbon est passée de 37,9% en 2015 à 33,0% au premier semestre 2020, l’éolien et le solaire étant passés de 4,6% à 9,8%. 

Le changement en Inde a été encore plus spectaculaire: la part de l’énergie éolienne et solaire est passée de 3% de la production totale en 2015 à 10% au premier semestre 2020 ; dans le même temps, la part du charbon est passée de 77% à 68%. Pour la première fois, la flotte mondiale de charbon a fonctionné à moins de la moitié de sa capacité cette année.

La transition électrique en retard

La transition électrique mondiale est en retard de 1,5 degré. Le charbon doit baisser de 13% chaque année cette décennie, et même face à une pandémie mondiale, la production de charbon n’a diminué que de 8% au premier semestre 2020.

Les scénarios de 1,5 degré du GIEC montrent que le charbon doit tomber à seulement 6% de production mondiale d’ici 2030, contre 33% au premier semestre 2020. 

“Les pays du monde entier sont désormais sur la même voie : construire des éoliennes et des panneaux solaires pour remplacer l’électricité produite par les centrales au charbon et au gaz”, a déclaré Dave Jones, analyste en électricité chez Ember.

La seule question est de savoir comment les pays vont réagir lorsque la demande en énergie va de nouveau augmenter. L’Union Européenne parle de plan de relance vert mais respectera-t-elle ses engagements ? Une nouvelle victoire de Donald Trump aux prochaines élections présidentielles américaines pourrait également être une mauvaise nouvelle pour la lutte contre le réchauffement climatique.

LIRE AUSSI : Les 1% des ménages européens les plus riches ont une empreinte carbone 22 fois trop importante

VIDEO. Expulsions déchirantes de locataires qui se retrouvent à la rue aux Etats-Unis

A Marseille, il ne reste que 20 places de réanimation pour les patients Covid-19