in , ,

L’administration Trump assouplit les normes environnementales sur les centrales à charbon

L’administration Trump a assoupli lundi les normes strictes de l’ère Obama concernant la façon dont les centrales électriques au charbon se débarrassent des eaux usées chargées de polluants dangereux comme le plomb, le sélénium et l’arsenic. Les associations environnementales s’inquiètent des contaminations toxiques dans les rivières et les ruisseaux vulnérables.

Le règlement de l’Agence de protection de l’environnement a réduit les types de technologies de traitement des eaux usées que les services publics doivent installer pour protéger les rivières et autres voies d’eau. Il a également repoussé les dates de mise en conformité et exempté certaines centrales électriques de toute action.

L’administration Trump tente de sauver une industrie du charbon en fort déclin, en prolongeant la durée de vie des centrales électriques au charbon vieillissantes et en essayant de les rendre plus compétitives face au gaz naturel moins cher et les énergies renouvelables. Ce changement est intervenu quelques jours après que le fils du président Trump, Eric, ait décrit son père comme un champion des mineurs de charbon qui “se battra pour vous”.

Les dirigeants de société exploitant le charbon ont salué ce changement comme un jalon dans la politique de Donald Trump visant à atteindre une “domination énergétique”. Les activistes écologistes ont déclaré que la nouvelle règle menaçait la santé des 1,1 million d’Américains qui vivent à moins de cinq kilomètres d’une usine de charbon déversant des polluants dans un cours d’eau public.

“Il existe des dizaines de plans d’eau dans tout le pays où l’eau locale est fortement touchée par ce type de déversement direct de métaux toxiques provenant des centrales électriques”, a déclaré Thomas Cmar, un avocat du groupe environnemental Earthjustice.

Il a ajouté que la nouvelle règle contribuerait à maintenir en vie plus longtemps les anciennes centrales au charbon, plus sales, en permettant aux entreprises d’utiliser “des méthodes peu coûteuses et inefficaces de déversement de la pollution dans nos cours d’eau”.

Michelle Bloodworth, présidente et directrice générale de l’American Coalition for Clean Coal Electricity, un groupe industriel, a déclaré dans un communiqué que les restrictions de l’ère Obama “auraient pu forcer la fermeture de centrales électriques au charbon supplémentaires qui sont nécessaires pour maintenir la fiabilité et la résilience de l’approvisionnement en électricité du pays”.

Le charbon représente 40% du CO2 émis par combustible, 34% du CO2 total et 26% des gaz à effets de serre en général émis chaque année dans le monde. Le seul charbon, énergie que beaucoup pensent appartenir au passé, est responsable d’un quart à un tiers du réchauffement climatique. 

  • Autre article en anglais sur le sujet : nymag.com

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Guillaume Meurice interroge le Medef sur l’écologie : “Vous n’avez pas honte de poser des questions comme ça ?!”

    VIDÉO. En plein Paris, Lafarge déverse du béton dans la Seine