VIDEO. Expulsions déchirantes de locataires qui se retrouvent à la rue aux Etats-Unis

D’un logement à l’autre, le policier Bennie Gant du comté de Harris frappe violemment aux portes afin d’expulser les habitants qui n’ont plus les moyens de payer leur loyer. D’un ton monocorde, l’officier exige que les locataires sortent.

La vidéo montre un père de famille, Israel Rodriguez, dépourvu face à la situation. Il est obligé de sortir de son logement en emportant seulement quelques affaires dans la poussette de ses enfants.

Nous n’avons nulle part où aller », déplore-t-il.

Cet homme a été mis en garde contre le non-paiement de son loyer, à la fois par le gérant de son appartement et par le tribunal du comté de Harris. Mais les avertissements n’ont pas changé sa situation – il devait plusieurs milliers de dollars.

Quand la journaliste lui demande ce qu’il va faire de ses autres affaires. Il répond que ce ne sont que de la camelote, elles seront jetées. Il ne peut pas les prendre de toute façon puisqu’il n’a pas de voiture et il n’a personne pour l’aider à les récupérer.

https://twitter.com/joshscampbell/status/1301324061373538304

Nulle part où aller avec 361 $

«C’est ma faute, parce que je suis censé être l’homme de la maison», a déclaré Rodriguez, la voix se brisant alors qu’il se tient avec ses enfants dans le parking de son ancien appartement. 

« Nous n’avons nulle part où aller pour le moment. Il se passait beaucoup de choses là-bas avec le corona. Quand il a frappé, j’ai perdu mon emploi. »

Mais Rodriguez avait hâte de montrer qu’il réussissait toujours à gagner de l’argent. Il a sorti un chèque non encaissé de 361 $ de sa poche. «Je voulais le garder pour mon prochain appartement», dit-il.

L’officier Gant ne peut pas arrêter les huit expulsions ordonnées par le tribunal pour la journée. Elles font partie des millions d’américains qui subissent de plein fouet la crise économique induite par l’épidémie de coronavirus. Ils seraient quelque 30 à 40 millions d’Américains vivant au bord de l’expulsion et aux prises avec des pertes d’emplois.

« Depuis le problème de Covid-19, je vois beaucoup de familles qui pleurent comme ça, des hommes et des femmes », a déclaré Gant, secouant la tête alors que les travailleurs jetaient les biens de la famille sur le trottoir. « C’est difficile. J’ai six enfants, six enfants moi-même. »

Temps d’arrêt dans la crise des expulsions

Pour de nombreux Américains, une allocation hebdomadaire de 600 $ débloquée par la loi fédérale CARES a aidé à combler les problèmes de paiement de loyer et d’autres factures. Mais ces allocations ont expiré le 31 juillet, propulsant de nombreuses familles dans la détresse.

Tard mardi 1er septembre, les Centers for Disease Control and Prevention ont suspendu temporairement les expulsions résidentielles jusqu’à la fin de l’année, à partir de vendredi. Cela retardera les expulsions massives mais ne résoudra pas la crise des loyers, a déclaré Emily Benfer, experte en logement et co-créatrice d’un tableau de bord de la politique du logement Covid-19 avec le laboratoire d’expulsion de l’Université de Princeton .

«L’ordonnance du CDC fournit un soulagement temporaire crucial aux locataires, mais elle ne met pas fin à la crise des expulsions», déclare Benfer. « Le Congrès doit le renforcer avec une aide au loyer significative pour que son objectif soit atteint », a-t-elle déclaré.

« C’est horrible. C’est horrible de devoir expulser quelqu’un d’une maison »

Le gendarme Alan Rosen du comté de Harris déplore cette situation : «Nous sommes des êtres humains. C’est horrible. C’est horrible de devoir expulser quelqu’un d’une maison. C’est leur refuge. C’est là que se trouve leur vie de famille ».

Il réclame plus d’argent de la part du gouvernement fédéral pour aider les résidents à éviter les expulsions. Il supervise un personnel de plus de 500 personnes et l’exécution des expulsions fait partie des tâches les plus déchirantes pour ses adjoints pendant un ralentissement économique comme celui-ci.

Alors qu’il ordonnera à ses adjoints de respecter leurs obligations statutaires, Rosen a également déclaré que le gouvernement fédéral devait trouver une solution à plus long terme pour sa ville car une crise économique est dangeureuse pour la sécurité publique et les liens au sein de sa communauté.

«J’appelle le gouvernement fédéral à investir des fonds supplémentaires localement afin que nous puissions continuer à aider les gens pour leur loyer afin qu’ils ne soient pas expulsés», a déclaré Rosen. « Nous ne voulons pas de ça. Ce n’est la faute de personne. ».

Les plus vulnérables

«C’est une vieille dame», explique Gant en arrivant à une autre adresse. La locataire ne peut plus payer son loyer. Elle fait partie du groupe d’âge le plus à risque de Covid-19, semblant avoir plus de 65 ans. La femme âgée est assise sur sa chaise de salle à manger sur le trottoir à l’extérieur dans la chaleur de Houston, regardant Francisco Munoz porter ses affaires dans la rue. Munoz a été embauché par le propriétaire pour déplacer les effets personnels du locataire hors de l’appartement et a pleuré ouvertement pendant qu’il travaillait.

« J’ai une famille. J’ai une sœur. J’ai ma mère », a déclaré Munoz. « On ne sait jamais. Aujourd’hui c’est elle. Demain c’est moi. »

L’adjoint Gant a finalement dit au propriétaire: « Je ne vais pas la mettre ici dans cette chaleur. » Il reviendra demain avec les services sociaux.

Cette marge de manœuvre étroite est l’un des facteurs de la baisse des expulsions observées à travers le pays, a déclaré Peter Hepburn, professeur adjoint de sociologie à l’Université Rutgers de Newark, New Jersey. L’effet le plus important de la chute des expulsions a été le moratoire fédéral sur les expulsions en mars ainsi que la loi CARES, qui a aidé les résidents à payer un loyer. Le laboratoire d’expulsion de Princeton a suivi les dossiers d’expulsion à Houston toute l’année. En avril, les expulsions étaient en baisse de 85% par rapport à la moyenne de l’année. Mais des experts tels que Hepburn ont prédit une vague d’expulsions alors que les paiements de la Loi CARES expiraient ainsi que les moratoires sur les expulsions.

LIRE AUSSI : De New-York à AirbnB, la crise du coronavirus risque de provoquer une crise immobilière sans précédent

VIDÉO. Le président serbe perplexe face à l’annonce par Trump du déménagement de son ambassade à Jérusalem

Progression de l’éolien et du solaire qui produisent désormais un dixième de l’électricité mondiale