in ,

Plus d’un milliard de personnes risquent d’être déplacées d’ici 2050


Compilé par l’Institute for Economics and Peace (IEP), un groupe de réflexion qui produit des indices annuels du terrorisme et de la paix, le Registre des menaces écologiques utilise des données des Nations Unies et d’autres sources pour évaluer huit menaces écologiques et prédire quels pays et régions sont les plus à risque.

Il s’agit de la première édition du Registre des menaces écologiques (ETR), qui couvre 157 États et territoires indépendants. Produit par l’Institute for Economics and Peace (IEP), l’ETR mesure les menaces écologiques auxquelles les pays sont actuellement confrontés et fournit des projections jusqu’en 2050. L’ETR est unique en ce qu’il combine des mesures de résilience avec les données écologiques les plus complètes disponibles pour faire la lumière sur les pays les moins susceptibles de faire face à des chocs écologiques extrêmes, maintenant et à l’avenir.

Le RTE comprend: la croissance démographique, le stress hydrique, l’insécurité alimentaire, les sécheresses, les inondations, les cyclones et l’élévation de la température et du niveau de la mer. En outre, le rapport utilise le concept de paix positive de l’IEP pour identifier les domaines où la résilience est peu susceptible d’être suffisamment forte pour s’adapter ou faire face à ces futurs chocs. L’ETR regroupe les menaces en deux grands domaines: la rareté des ressources et les catastrophes naturelles. Le domaine de la rareté des ressources comprend l’insécurité alimentaire, la pénurie d’eau et une forte croissance démographique. Le domaine des catastrophes naturelles mesure la menace d’inondations, de sécheresses, de cyclones, d’élévation du niveau de la mer et de hausse des températures.

3 hotspots

L’ETR identifie trois groupes de points chauds écologiques, qui sont particulièrement susceptibles de s’effondrer:

  • La ceinture Sahel-Corne de l’Afrique, de la Mauritanie à la Somalie;
  • La ceinture de l’Afrique australe, de l’Angola à Madagascar;
  • La ceinture du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, de la Syrie au Pakistan.

Au sein de ces hotspots, les pays les plus fragiles comprendront l’Iran, le Mozambique, Madagascar, le Pakistan et le Kenya. Ces pays sont globalement stables maintenant, mais sont fortement exposés aux menaces écologiques et à une paix positive faible et en détérioration, ce qui signifie qu’ils courent un risque plus élevé d’effondrement futur. En outre, la Syrie, l’Afghanistan, l’Irak, le Yémen et la République centrafricaine souffrent déjà de conflits en cours et sont également fortement exposés aux menaces écologiques. Ce groupe de pays est déjà pris au piège d’un cercle vicieux où la concurrence pour des ressources rares crée des conflits et les conflits entraînent à leur tour un épuisement supplémentaire des ressources. Les pays les moins résilients du monde, lorsqu’ils sont confrontés à des chocs écologiques, sont plus susceptibles de connaître des troubles civils, une instabilité politique, une fragmentation sociale et un effondrement économique.

Les pays les plus touchés

Les régions à forte résilience, telles que l’Europe et l’Amérique du Nord, ont des capacités d’adaptation supérieures pour atténuer les effets de ces menaces écologiques, mais elles ne seront pas à l’abri des retombées, telles que d’importants flux de réfugiés. La crise des réfugiés de 2015 montre que même un nombre relativement faible de réfugiés, l’équivalent d’un demi pour cent de la population européenne, peut provoquer des troubles considérables et modifier les systèmes politiques.

Les résultats de l’ETR montrent que 141 pays sont exposés à au moins une menace écologique d’ici 2050. Les 19 pays avec le plus grand nombre de menaces ont une population de 2,1 milliards d’habitants. Ces pays sont confrontés à quatre voire six menaces écologiques et plus de la moitié font partie des 40 pays les moins stables. Les trois pays les plus exposés aux chocs écologiques sont l’Afghanistan, qui fait face à six menaces écologiques, le Mozambique et la Namibie, qui en font chacun face à cinq. 16 autres pays sont confrontés à quatre menaces écologiques.

Environ un milliard de personnes vivent dans des pays qui n’ont pas la résilience nécessaire pour faire face aux changements écologiques d’ici 2050. Toutes ces personnes ne seront pas déplacées, mais il est probable qu’un grand nombre d’entre elles le seront. Le Pakistan, avec 220 millions d’habitants, est le pays qui compte le plus grand nombre de personnes à risque, suivi de l’Iran avec 84 millions de personnes à risque. Dans de telles circonstances, même de petits événements pourraient dégénérer en instabilité et en violence conduisant à des déplacements massifs de population, ce qui aurait des implications négatives pour la sécurité régionale et mondiale.

Insécurité alimentaire

Les menaces écologiques conduisent, dans de nombreux cas, à des urgences humanitaires. Actuellement, plus de deux milliards de personnes dans le monde font face à un accès incertain à une nourriture suffisante pour une vie saine. Ce nombre devrait passer à 3,5 milliards d’ici 2050. La faim et l’insécurité alimentaire ont augmenté depuis 2014, 300 millions de personnes supplémentaires étant désormais confrontées à l’insécurité alimentaire. La demande mondiale de produits alimentaires devrait augmenter de 50% d’ici 2050, ce qui signifie que sans une augmentation substantielle de l’offre, beaucoup plus de personnes seront exposées au risque de faim et d’insécurité alimentaire. Même avec une production alimentaire accrue, il n’est pas certain que cela fournira plus de nourriture à ceux qui en ont le plus besoin, car l’augmentation de la demande proviendra de la classe moyenne croissante d’Asie.

Les pays les moins « pacifiques » du monde sont parmi les pays avec les niveaux les plus élevés d’insécurité alimentaire. En outre, 65% des personnes vivant dans des « pays à faible paix » et à faible revenu éprouvent une incapacité à se payer une nourriture adéquate à tout moment. Parmi les pays de l’OCDE, 16% de la population n’ont pas les moyens de se nourrir à tout moment, tandis que 2,7% sont considérés comme sous-alimentés. Cela met en évidence le fait que les populations, même dans les pays les plus riches, sont exposées au risque d’insécurité alimentaire.

Au niveau régional, plus de la moitié de la population de l’Afrique subsaharienne et un tiers de la population d’Asie du Sud, d’Amérique latine et des Caraïbes et du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sont confrontés à une insécurité alimentaire modérée à grave. Actuellement, 18 des 20 pays les plus exposés à l’insécurité alimentaire se trouvent en Afrique subsaharienne. Les cinq pays les plus exposés à l’insécurité alimentaire sont la Sierra Leone, le Libéria, le Niger, le Malawi et le Lesotho, où plus de la moitié de la population connaît une grave insécurité alimentaire.

L’eau

La demande d’eau devrait atteindre des niveaux de crise dans certaines régions au cours des prochaines décennies. L’ETR montre que plus d’un tiers des pays connaîtront des niveaux élevés ou extrêmes de stress hydrique d’ici 2040, ce qui signifie que plus de la moitié de l’eau disponible est utilisée chaque année. La consommation d’eau a augmenté de 1% par an au cours des quatre dernières décennies et la hausse de la demande devrait augmenter sans relâche. En 2019, quatre milliards de personnes ont connu une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois de l’année. Le stress hydrique sévère est celui où 40% ou plus de l’eau disponible est utilisée.

Population mondiale

Bien que la croissance démographique ait diminué par rapport à son sommet des années 60, elle reste élevée dans de nombreuses régions du monde. D’ici 2050, la population mondiale devrait atteindre près de dix milliards de personnes. Cependant, l’augmentation de la population sera inégalement répartie. Dans les pays les plus développés, il devrait baisser de 2% en moyenne d’ici 2050, le Japon enregistrant la plus forte baisse de 10%. Il y a 17 pays dont la population va plus que doubler. Le Niger devrait connaître la plus forte augmentation de 171%. Beaucoup de ces pays sont déjà très vulnérables. On estime que 1,4 milliard de personnes supplémentaires résideront dans les 40 pays les moins pacifiques.

Les inondations

Les inondations sont la catastrophe naturelle la plus courante depuis 1990. De 1990 à 2019, un total de 9 924 catastrophes naturelles se sont produites dans le monde, dont 42% étaient des inondations. La deuxième catégorie en importance, les tempêtes, qui comprennent les cyclones, les ouragans, les tornades, les blizzards et les tempêtes de poussière, représentait 30% du total des événements.

Aucune région du monde épargnée

La région Asie-Pacifique a été exposée au plus grand nombre de catastrophes naturelles avec 2 845 événements enregistrés depuis 1990. Les deux tiers des catastrophes naturelles dans la région étaient des inondations ou des tempêtes, la Chine, les Philippines, l’Indonésie, le Japon et le Vietnam étant les pays les plus touchés. L’Europe a enregistré le deuxième plus grand nombre de catastrophes naturelles, avec 1 324 incidents entre 1990 et 2019. La France, l’Italie, la Turquie, la Roumanie et le Royaume-Uni ont connu le plus grand nombre d’incidents en Europe, représentant un tiers du total régional à eux deux.

Un milliard de migrants climatiques

Les catastrophes écologiques déplacent en moyenne 24 millions de personnes par an et sept millions supplémentaires sont déplacées par les conflits armés. Si ce taux se maintient, 1,2 milliard de personnes pourraient être déplacées dans le monde d’ici 2050. Cependant, le taux est susceptible d’augmenter. La majorité de ces personnes seront déplacées à l’intérieur de leur pays ou dans les régions voisines. Cependant, les estimations du HCR montrent qu’au moins une personne sur cinq quitte son pays ou sa région. Les déplacements de population dus aux menaces écologiques et au changement climatique pourraient régulièrement surpasser la crise migratoire européenne de 2015.

Bien que des données sur l’aide publique au développement (APD) soient disponibles, il n’existe actuellement aucune base de données accessible au public qui suit le financement des organisations internationales non gouvernementales (ONGI) et des institutions financières internationales (IFI) pour les projets qui visent à renforcer la résilience aux menaces écologiques et climatiques. Sans un suivi adéquat, il ne sera pas possible de savoir si les ressources appropriées sont utilisées pour résoudre les problèmes de durabilité dans le monde.

Dans l’ensemble, l’ETR montre que les menaces écologiques et le changement climatique posent de sérieux défis au développement mondial et à la paix. Les effets négatifs toucheront de manière disproportionnée les plus pauvres et les plus vulnérables du monde et créeront des retombées de pression sur les pays voisins par le biais de mouvements massifs de personnes. Renforcer la résilience aux menaces écologiques deviendra de plus en plus important et nécessitera aujourd’hui des investissements substantiels.

Likez notre page facebook!

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Karine Lacombe

Karine Lacombe, testée positive au coronavirus, aurait été contaminée par sa fille

Etat d’urgence déclaré dans l’Oregon où des milliers de personnes fuient les feux de forêt « sans précédent »