in ,

Les océans pourraient se réchauffer sept fois plus vite en profondeur qu’en surface


Les taux de changement climatique dans les profondeurs des océans du monde pourraient être sept fois plus élevés que les niveaux actuels d’ici la deuxième moitié de ce siècle, même si les émissions de gaz à effet de serre étaient réduites de façon spectaculaire, selon de nouvelles recherches.

Un réchauffement global différent selon les profondeurs de des océans pourrait avoir des répercussions majeures sur la faune et la flore océaniques, provoquant un décalage entre les espèces qui dépendent les unes des autres pour leur survie et qui sont obligées de se déplacer.

Dans le cadre de ces nouvelles recherches, les scientifiques se sont penchés sur une mesure appelée vitesse du climat, c’est-à-dire la vitesse à laquelle les espèces devraient se déplacer pour rester dans leur plage de température préférée lorsque les différentes couches de l’océan se réchauffent.

L’étude, publiée dans la revue Nature Climate Change, a révélé que différentes parties de l’océan changeraient à des rythmes différents à mesure que la chaleur supplémentaire due à l’augmentation des niveaux de gaz à effet de serre se déplacerait dans les vastes profondeurs de l’océan.

Dans la seconde moitié du siècle, l’étude a constaté « une accélération rapide de l’exposition au changement climatique dans toute la colonne d’eau ».

L’étude a utilisé des modèles climatiques pour estimer tout d’abord les taux actuels de la vitesse du climat à différentes profondeurs des océans, puis les taux futurs selon trois scénarios : un premier où les émissions ont commencé à diminuer à partir de maintenant ; un deuxième où elles ont commencé à diminuer au milieu de ce siècle ; et un troisième où les émissions ont continué à augmenter jusqu’en 2100.

Likez notre page facebook!

Le professeur Jorge García Molinos, de l’université d’Hokkaido et co-auteur de l’étude, a déclaré :

« Nos résultats suggèrent que la biodiversité des grands fonds marins est probablement plus menacée car ils sont adaptés à des environnements thermiques beaucoup plus stables ».

À l’heure actuelle, le réchauffement de la planète provoque déjà un déplacement des espèces dans toutes les couches de l’océan, de la surface à plus de 4 km de profondeur, mais à des vitesses différentes.

Mais même dans un scénario très optimiste, où les émissions diminueraient fortement à partir de maintenant, la couche mésopélagique de l’océan – de 200 m à 1 km de profondeur – la vitesse du climat passerait d’environ 6 km par décennie à 50 km d’ici la deuxième moitié du siècle. Mais au cours de la même période, la vitesse du climat diminuerait de moitié à la surface.

Même à des profondeurs comprises entre 1 000 et 4 000 mètres, la vitesse du climat triplerait les taux actuels, même si les émissions diminuaient fortement.

Le professeur Anthony Richardson, de l’université du Queensland et du CSIRO, et l’un des dix auteurs de l’étude, a déclaré au Guardian Australia :

« Ce qui nous préoccupe vraiment, c’est qu’à mesure que l’on descend dans l’océan, la vitesse du climat évolue à des vitesses différentes. »

Cela pourrait créer un décalage pour les espèces qui dépendent d’organismes de différentes couches.

Par exemple, M. Richardson a déclaré que le thon vivait dans la couche mésopélagique entre 200 et 1 000 mètres de profondeur, mais qu’il dépendait d’espèces de plancton proches de la surface.

Il a déclaré que parce que les océans de la planète étaient si grands et stockaient tant de chaleur, « le réchauffement déjà absorbé à la surface de l’océan se mélangera aux eaux plus profondes ».

« Cela signifie que la vie marine dans les profondeurs de l’océan sera confrontée à des menaces croissantes dues au réchauffement des océans jusqu’à la fin du siècle, quoi que nous fassions maintenant. »

Isaac Brito-Morales, auteur principal de l’étude et chercheur à l’université du Queensland, a déclaré :

« Comme la température des profondeurs des océans est plus stable, une toute petite augmentation aura un impact sur les espèces – elles sont plus menacées que celles qui se trouvent à la surface ».

M. Richardson a ajouté qu’il était « préoccupant » que leurs résultats montrent, en plus des différents taux de vitesse du climat à différentes profondeurs, que la direction dans laquelle les espèces devraient se déplacer n’était pas uniforme non plus.

Cela pourrait signifier que les zones de parcs marins conçues pour protéger différentes espèces ou habitats pourraient être compromises lorsque les espèces quittent les zones protégées pour des zones non protégées.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Beverly Hills, les manifestants scandent « Mangez les riches ! »

En 2019, Mélanie reçoit un coup de matraque à la tête et tombe inconsciente, l’IGPN classe l’affaire