in ,

Les grandes banques se désengagent rapidement des projets pétroliers et gaziers

Une cinquantaine de grandes institutions financières ont introduit des politiques limitant le forage des sables bitumineux et/ou du pétrole et du gaz dans l’Arctique. Les grandes banques sont de plus en plus nombreuses à fuir les projets impliquant des combustibles fossiles, selon un nouveau tracker développé par l’Institute for Energy Economics and Financial Analyse (IEEFA).

Selon Tim Buckley, de l’IEEFA, directeur des études sur le financement de l’énergie et co-auteur d’une nouvelle note d’information sur le financement mondial les institutions qui se désinvestissent du pétrole et du gaz, “la tendance est à l’opposition au financement des projets pétroliers et gaziers”.

“Plus de 140 institutions financières mondiales (assureurs ou banques) ont déjà limité le financement du charbon et nous assistons actuellement à une accélération similaire de l’évolution des capitaux loin de l’exploration pétrolière et gazière, en commençant par l’exploitation et le forage à haut risque des sables bitumineux dans l’Arctique.

“Cet élan dans le désinvestissement des combustibles fossiles à l’échelle mondiale signifie que nous nous attendons à de nouvelles annonces d’autres institutions financières cherchant à mieux gérer les risque climatique”.

L’IEEFA a identifié 50 institutions financières mondiales importantes qui, à ce jour, imposent des restrictions sur le financement de projets de sables bitumineux et/ou de forage dans l’Arctique, notamment HSBC, Banco Santander, Deutsche Bank, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, Citigroup, Wells Fargo et Morgan Stanley.

Le plus grand prêteur multilatéral au monde, la Banque européenne d’investissement (BEI) a la plus stricte et la meilleure politique, en annonçant en 2019 qu’elle sera hors de tout projet pétrole et gaz à la fin de l’année prochaine.

“De nombreuses institutions financières ont commencé par se défaire du charbon, puis se sont tournées vers l’Arctique et le pétrole”, déclare M. Buckley.

“Le resserrement des réglementations sur les projets à forte émission de carbone réduit les marges, ce qui signifie que les risques augmentent alors que les rendements promis semblent de plus en plus illusoires.

“Ces dernières sorties de pétrole et de gaz sont représentatives de la situation économique de plus en plus difficile du secteur des combustibles fossiles”. 

La Banque mondiale, BNP Paribas, le groupe Crédit Agricole et AXA ont été les premières grandes institutions à introduire des politiques d’exclusion en 2017.

“En plus d’éviter les risques pour la réputation et le climat, il est financièrement judicieux pour les entreprises de réduire progressivement leurs investissements dans les combustibles fossiles”.

Les institutions financières européennes ont pris la tête du mouvement de sortie du pétrole et du gaz. À ce jour, 36 institutions financières européennes ont annoncé une politique officielle, notamment HSBC, Banco Santander, BNP Paribas et Deutsche Bank.

Alors que l’IEEFA note que beaucoup des politiques actuelles de sortie du pétrole et du gaz pourraient être trop faibles pour maintenir les températures en dessous de 1,5 – 2,0 °C, le récent retrait de Storebrand de Exxon et Chevron est significatif.

LIRE AUSSI : L’énergie solaire est désormais «l’électricité la moins chère de l’histoire», selon l’AIE

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    La nouvelle menace climatique en Alaska : les tsunamis liés à la fonte du permafrost

    BTP et climat : des bâtiments “zéro émissions” déjà possibles