in ,

La nouvelle menace climatique en Alaska : les tsunamis liés à la fonte du permafrost

En Alaska et dans d’autres régions hautes et froides du monde, de nouvelles recherches montrent que les montagnes s’effondrent lorsque le permafrost qui les maintient ensemble fond, menaçant de provoquer des tsunamis si elles tombent dans la mer.

Les scientifiques avertissent que les zones peuplées et les principales attractions touristiques sont en danger. Une des zones préoccupantes est une pente du fjord de Barry Arm en Alaska qui surplombe un itinéraire de croisière très fréquenté.

Le glissement de terrain de Barry Arm a commencé au début du siècle dernier, s’est accéléré il y a une décennie et a été découvert cette année grâce à des photos satellites. Si elle se détache, la vague pourrait toucher n’importe quel navire dans la région et atteindre des centaines de mètres dans les montagnes voisines, submergeant la destination touristique populaire et s’écrasant jusqu’à 10 mètres au-dessus de la ville de Whittier. Au début de cette année, 14 géologues ont averti qu’un glissement majeur était “possible” dans un délai d’un an, et “probable” dans un délai de 20 ans.

En 2015, un glissement de terrain similaire, sur une pente qui s’était également creusée pendant des décennies, a créé un tsunami qui a rasé les forêts sur 193 mètres sur les pentes du fjord Taan en Alaska.

“Lorsque le climat change”, a déclaré le géologue Bretwood Higman, qui a travaillé sur le fjord Taan et le bras Barry, “le paysage prend du temps à s’adapter. Si un glacier se retire très rapidement, il peut prendre les pentes environnantes par surprise – elles peuvent s’effondrer de façon catastrophique au lieu de s’adapter progressivement”.

Après avoir examiné 30 ans de photos satellites, par exemple, la géologue Erin Bessette-Kirton a découvert que les glissements de terrain dans les montagnes St Elias et la baie des glaciers en Alaska correspondent aux années les plus chaudes.

Le réchauffement entraîne clairement des glissements de terrain, mais il est beaucoup plus difficile de savoir quand ces glissements se produiront.

“Nous n’avons pas une bonne maîtrise du mécanisme”, a déclaré Bessette-Kirkton.

“Nous avons des corrélations, mais nous ne connaissons pas la force motrice. Quelles sont les conditions du glissement de terrain, et qu’est-ce qui le déclenche ?”

Un article récent de Dan Shugar, géomorphologue à l’université de Calgary, montre qu’à mesure que les glaciers ont rétréci, les lacs glaciaires se sont agrandis, augmentant de 50 % en nombre et en taille en 18 ans. Dans l’océan, les fjords s’allongent à mesure que la glace se retire.  Les pentes qui pendaient au-dessus de la glace pendent maintenant au-dessus de l’eau.

Au cours du siècle dernier, 10 des 14 plus grands tsunamis enregistrés se sont produits dans des zones montagneuses glacées. En 1958, un glissement de terrain dans la baie de Lituya en Alaska a créé une vague de 525 mètres – la plus haute jamais enregistrée. Lors du tremblement de terre de 1964 en Alaska, la plupart des décès étaient dus à des tsunamis déclenchés par des glissements de terrain sous-marins.

Pour faire face à ce danger, les experts espèrent pouvoir prévoir quand une pente est plus susceptible de s’effondrer en installant des capteurs sur les pentes les plus dangereuses afin de mesurer l’accélération à peine perceptible du mouvement qui peut présager un glissement.

LIRE AUSSI : En 25 ans, la grande barrière de corail a perdu la moitié de ses coraux

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Bolivie : le candidat socialiste remporte l’élection présidentielle dès premier tour

    Les grandes banques se désengagent rapidement des projets pétroliers et gaziers