in , ,

En 25 ans, la grande barrière de corail a perdu la moitié de ses coraux


Les chercheurs australiens ont découvert que presque toutes les espèces de corail avaient décliné le long de la Grande Barrière de Corail au cours du dernier quart de siècle.

La Grande Barrière de Corail, l’un des habitats les plus précieux de la planète, a perdu la moitié de ses populations de corail au cours du dernier quart de siècle. Un déclin qui, selon des chercheurs australiens, se poursuivra si des mesures drastiques ne sont pas prises pour atténuer les effets du changement climatique.

Les chercheurs ont étudié les colonies de coraux le long du récif entre 1995 et 2017 et ont constaté que presque toutes les espèces de coraux avaient décliné.

La taille des colonies était plus petite, il y avait moins de « grosses mamans », ou de grands coraux plus âgés qui produisent des bébés coraux, et il y avait moins de ces bébés, qui sont essentiels à la capacité future du récif à se reproduire.

« Nos résultats montrent que la capacité de la Grande Barrière de Corail à se rétablir – sa résilience – est compromise par rapport au passé, car il y a moins de bébés, et moins de grands adultes reproducteurs », a déclaré le Dr Andy Dietzel, l’auteur principal de l’étude.

L’étude a été publiée mercredi dans la revue Proceedings of the Royal Society. Le Dr Dietzel et d’autres chercheurs du Centre d’excellence ARC pour les études sur les récifs coralliens dans le Queensland, en Australie, ont mesuré les changements de taille des colonies afin de comprendre la capacité des coraux à se reproduire.

LIRE AUSSI : La péninsule Antarctique vit son année la plus chaude depuis plus de 30 ans

Le blanchiment – un processus par lequel les coraux expulsent les algues et deviennent blancs lorsque la température de l’eau augmente – a contribué à la forte perte de colonies de coraux dans le nord et le centre de la Grande Barrière de Corail en 2016 et 2017. La partie sud du récif a également été exposée à des températures record au début de 2020, selon les chercheurs, qui ont cité le changement climatique comme l’un des principaux facteurs de perturbation du récif.

« Il n’y a pas de temps à perdre », ont déclaré les chercheurs dans leur déclaration. « Nous devons réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre dès que possible ».

« Nous avions l’habitude de penser que la Grande Barrière de Corail est protégée par sa taille même – mais nos résultats montrent que même le système récifal le plus grand et relativement bien protégé au monde est de plus en plus compromis et en déclin », a déclaré l’un des chercheurs, Terence Hughes, dans une déclaration.

Le déclin des « coraux ramifiés et en forme de table », qui fournissent des habitats essentiels pour les poissons, a été particulièrement prononcé, ont déclaré les chercheurs.

« Ils ont été les plus touchés par les températures record qui ont déclenché un blanchissement massif en 2016 et 2017 », a déclaré le professeur Hughes.

« Les modifications apportées au récif sont choquantes », a-t-il ajouté sur Twitter.

Il a déploré ce qu’il considère comme un manque d’attention à l’étude de la part des dirigeants du gouvernement australien, le plus grand exportateur de charbon au monde. Le gouvernement a résisté aux appels à la réduction des émissions de carbone alors même que les vagues de chaleur, la sécheresse et les incendies continuent de révéler la vulnérabilité du pays au changement climatique.

LIRE AUSSI : Certains propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sont en train de se faire « dézinguer »

La Grande Barrière de Corail, qui abrite une vaste gamme de vie marine, compte entre 300 et 400 espèces de coraux et s’étend sur des milliers de kilomètres à travers la côte australienne.

« On peut littéralement la voir depuis l’espace », a déclaré Deron Burkepile, professeur au département d’écologie, d’évolution et de biologie marine de l’université de Californie, à Santa Barbara.

Les récifs coralliens du monde entier permettent au secteur du tourisme de gagner des milliards de dollars et fournissent des habitats pour les poissons qui nourrissent près d’un milliard de personnes sur la planète, a-t-il dit.

Les conclusions des chercheurs australiens sont importantes, a-t-il dit, car elles portent sur la capacité de reproduction du récif et sa capacité à se remettre des événements de blanchissement dévastateurs causés par le changement climatique d’origine humaine.

« La situation est désastreuse », a déclaré le professeur Burkepile.

Mais les gens ne doivent pas se sentir désespérés quant à l’avenir des récifs coralliens, a-t-il dit, même s’ils attendent que les dirigeants mondiaux prennent des mesures plus agressives pour freiner les effets du changement climatique.

Au niveau local, par exemple, la pollution à l’azote – qui aggrave le blanchiment – peut être contrôlée en atténuant l’utilisation d’engrais et le déversement des eaux usées, selon une étude que le professeur Burkepile a menée avec d’autres chercheurs de son université.

LIRE AUSSI : La fonte des glaces en Antarctique augmentera le niveau de la mer de 2,5 mètres même si l’Accord de Paris est respecté

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

test

appauvrissement confinement

Le confinement a entraîné l’appauvrissement d’un quart des ménages