in ,

BTP et climat : des bâtiments “zéro émissions” déjà possibles

Publiée aujourd’hui, une nouvelle collaboration entre des experts de la construction et des universitaires internationaux de premier plan, dont des membres éminents du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, révèle une innovation mondiale dans le secteur du bâtiment susceptible de contribuer à la lutte contre le changement climatique.

L’étude conclut que la technologie et les compétences existent déjà pour réaliser des bâtiments à consommation d’énergie nette ou quasi nulle dans presque toutes les régions du monde, y compris dans les pays développés et en développement, à des coûts de l’ordre de ceux des projets traditionnels.

Il est largement admis que les secteurs qui peuvent faire la plus grande différence dans la réduction des émissions de carbone sont l’électricité, les transports et les bâtiments. Le secteur du bâtiment, en particulier, est responsable de 39 % des émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie dans le monde, et le carbone incorporé dans les matériaux de construction pourrait consommer jusqu’à la moitié du budget carbone de 1,5 °C restant.

Il est essentiel de parvenir à des émissions nettes de carbone nulles dans le secteur du bâtiment pour atteindre les objectifs climatiques. Les bâtiments durables et les rénovations énergétiques sont également une source d’emplois, et ont été identifiés comme un élément clé de la reprise économique respectueuse du climat dans le cadre de COVID-19.

“En ce qui concerne le changement climatique, le monde s’est mis d’accord sur un objectif de 2⁰C, mais nous nous trouvons sur la voie d’un objectif compris entre 3 et 5⁰C.

Les bâtiments sont au cœur de la réalisation des ambitions mondiales en matière de qualité de vie et de la lutte contre le changement climatique. De toutes les options qui s’offrent à nous, la construction de bâtiments adéquats se distingue en termes de calendrier, d’effet d’échelle et d’économie”, déclare Scott Foster, directeur de la division de l’énergie durable de la Commission économique des Nations unies pour l’Europe.

Il poursuit :

“Les Nations unies ont élaboré nos directives cadres pour les normes d’efficacité énergétique dans les bâtiments en tant que normes fondées sur des principes et conçues pour relever les défis. Pour ce faire, nous avons suivi une approche similaire à celle de ce document, en intégrant les avancées de la science du climat et de l’industrie pour informer les politiques publiques. L’alignement des conclusions de ce document avec les directives cadres reflète le consensus mondial croissant sur les bâtiments durables pour tous”.

L’étude examine les bâtiments à faible et très faible consommation d’énergie et les politiques visionnaires au niveau international, et constate que le changement peut souvent être réalisé rapidement. Par exemple, Bruxelles a transformé ses bâtiments, qui étaient parmi les moins performants, en les faisant passer au niveau le plus élevé de toute l’Europe en sept ans seulement, en utilisant une combinaison de mesures volontaires pour soutenir et encourager les dirigeants du secteur à innover et à démontrer ce qui était possible avant d’exiger ce niveau de performance par le biais de la réglementation.

En outre, comme les dépenses de projet liées à l’efficacité énergétique sont faibles, l’étude constate que le coût des bâtiments durables peut égaler, voire être inférieur à celui des bâtiments construits selon des méthodes traditionnelles. Par exemple, la ville de Vancouver a prévu une légère augmentation des coûts de construction en raison de l’augmentation des exigences de performance du code de la construction, mais a plutôt connu une diminution des coûts de 1 %.

“Les bâtiments sont souvent le plus grand consommateur d’énergie et la plus grande source d’émissions dans les villes, et représentent souvent l’option la moins coûteuse pour réduire les émissions”, déclare David Miller, directeur de la diplomatie internationale du C40 Cities Climate Leadership Group et ancien maire de Toronto.

“Les conclusions de cet important document mettent en lumière l’expérience de villes de premier plan dans lesquelles des dirigeants engagés ont surmonté les défis pour permettre à tous d’avoir des maisons et des bâtiments meilleurs, plus confortables, plus sains, plus abordables et plus durables”.

Si l’étude souligne la facilité avec laquelle de nombreuses villes ont entamé la transition vers le logement durable, des défis demeurent. Les plus grandes difficultés technologiques sont observées pour les immeubles commerciaux de grande hauteur sous des climats chauds et humides et pour les bâtiments historiques du patrimoine. Les rénovations en profondeur sont également coûteuses à court terme et, bien qu’elles puissent être moins coûteuses à long terme, un financement novateur est souvent nécessaire dès le départ.

“Le refroidissement durable des bâtiments est un défi majeur”, déclare Radhika Khosla, co-auteure de l’étude et chercheur principal à la Smith School of Enterprise and the Environment de l’université d’Oxford.

“Dans un climat en réchauffement, la consommation d’énergie des bâtiments augmentera même si le refroidissement est aussi efficace que possible. L’augmentation des besoins en termes de richesse, d’espace et de confort va entraîner une hausse spectaculaire de la demande d’énergie – avec une augmentation correspondante des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, il existe des solutions : par exemple, des dispositifs d’ombrage et de canalisation du vent pour bloquer le soleil et permettre une ventilation naturelle dans les immeubles de grande hauteur”.

Selon la nouvelle étude, la clé pour atteindre les objectifs de zéro émission nette est la maximisation de l’efficacité énergétique par le biais des caractéristiques des bâtiments, les besoins énergétiques restants étant générés par des sources d’énergie renouvelables produites localement, telles que les panneaux solaires.

L’utilisation de matériaux renouvelables, comme le bois, peut également contribuer à réduire les émissions de CO2. Les matériaux d’origine biologique pourraient représenter un double avantage dans la construction : premièrement, en remplaçant les matériaux à forte intensité énergétique et carbonique comme le ciment, et deuxièmement, en stockant temporairement le carbone.

LIRE AUSSI : Gaël Giraud : l’urgence d’amorcer une véritable reconstruction écologique de la France

Dans l’ensemble, l’étude souligne que les perspectives mondiales en matière de logement durable sont positives. La Chine en particulier est mise en avant comme le leader mondial dans ce domaine : grâce à une norme d’efficacité claire, plus de 7 millions de mètres carrés de bâtiments à très faible consommation d’énergie ont été construits dans le pays au cours des dernières années.

“Il est tout à fait possible d’avoir des bâtiments qui atteignent une consommation d’énergie proche de zéro dans les climats chauds et humides d’Asie, car on trouve de plus en plus de cas exemplaires et de techniques clés”, déclare Yvonne Chan, co-auteure de l’étude et coordinatrice principale du programme de la Fondation Delta Electronics.

Toutefois, les auteurs avertissent qu’il est urgent de prendre des mesures pour utiliser les technologies et les compétences existantes.

“Nos recherches montrent que les bâtiments à consommation énergétique nette zéro et les rénovations sont possibles dans tous les coins du monde, sous tous les climats et dans pratiquement tous les types de bâtiments. Déjà une réalité du marché dans de nombreux endroits, ils sont les piliers essentiels d’une économie neutre sur le plan climatique.

Toutefois, étant donné que notre parc immobilier met plusieurs décennies à être rénové ou à être entièrement remis en état, si nous voulons que le secteur mondial du bâtiment soit à énergie zéro d’ici le milieu du siècle, cette technologie doit devenir la norme”, déclare Diana Urge-Vorsatz, co-auteure de l’étude et directrice du Centre pour le changement climatique et la politique énergétique durable de l’Université d’Europe centrale.

Chaque bâtiment que nous construisons ou rénovons sans tirer pleinement parti de notre technologie et de notre savoir-faire “net zero” nous enferme dans un climat plus chaud”.

LIRE AUSSI : 1 pays sur 5 menacé d’effondrement des écosystèmes en raison du déclin de la biodiversité

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Les grandes banques se désengagent rapidement des projets pétroliers et gaziers

    La commune de Vergèze annonce la fin des corridas sur son territoire