Bill Gates : « D’ici 2100, le changement climatique pourrait être cinq fois plus mortel » que le Covid-19

Bill Gates presse le gouvernement américain de s’attaquer au changement climatique avec le même « sentiment d’urgence » que pour la crise du Covid-19. Si les mesures appropriées ne sont pas prises, écrit-il dans un billet de blog cette semaine, l’impact pourrait être bien plus dévastateur.

Bill Gates estime le taux de mortalité du coronavirus à environ 14 décès pour 100 000 habitants. D’ici la fin du siècle, si le taux de croissance des émissions reste au même niveau, le milliardaire estime que le monde pourrait être confronté à 73 décès supplémentaires pour 100 000 personnes en raison de la hausse des températures mondiales.

« Aussi terrible que soit cette pandémie, le changement climatique pourrait être pire », a-t-il écrit.

« Si vous voulez comprendre le type de dommages que le changement climatique va infliger, regardez le COVID-19 et étalez la douleur sur une période beaucoup plus longue. Les pertes en vies humaines et la misère économique causées par cette pandémie sont à la hauteur de ce qui se passera régulièrement si nous n’éliminons pas les émissions de carbone du monde ».

Bill Gates a prévu que, d’ici 20 ans, les dommages économiques causés par le changement climatique seront aussi importants que l’équivalent d’une pandémie de COVID-19 tous les dix ans.

« D’ici 2060, le changement climatique pourrait être tout aussi mortel que le Covid-19, et d’ici 2100, il pourrait être cinq fois plus mortel », indique-t-il.

« L’essentiel n’est pas que le changement climatique soit désastreux », a-t-il déclaré.

« Le point clé est que, si nous tirons les leçons du COVID-19, nous pouvons aborder le changement climatique en étant mieux informés des conséquences de l’inaction, et plus préparés à sauver des vies et à prévenir le pire résultat possible. La crise mondiale actuelle peut éclairer notre réponse à la prochaine ».

Nous devons laisser la science et l’innovation montrer la voie, a déclaré M. Gates, en trouvant les solutions nécessaires, telles que des sources d’énergie plus propres et d’autres outils sans carbone, qui fonctionnent non seulement pour les puissances mondiales, mais aussi pour les pays les plus pauvres qui sont sur le point d’être les plus durement touchés.

« Les effets du changement climatique seront presque certainement plus durs que ceux du COVID-19, et ils seront les pires pour les personnes qui ont le moins contribué à les provoquer », a poursuivi M. Gates.

« Les pays qui contribuent le plus à ce problème ont la responsabilité d’essayer de le résoudre ».

« Contrairement au coronavirus, pour lequel nous devrions avoir un vaccin l’année prochaine, il n’y a pas de solution rapide pour le changement climatique », souligne-t-il.

La mythification de la nature favorise son éloignement

Plus de 40% des locataires américains risquent bientôt d’être expulsés