in ,

En 2070, un tiers de l’humanité pourrait vivre dans des endroits aussi chauds que le Sahara


Selon une nouvelle étude, la chaleur extrême que l’on ne trouve que dans certaines parties du Sahara pourrait se propager sur près de 20% du globe (et toucher près d’un tiers de l’humanité) si les émissions de carbone ne sont pas réduites rapidement. 

L’étude, publiée lundi 4 mai dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, constitue un argument assez convaincant pour réduire les émissions de carbone.

« De vastes zones de la planète chaufferaient à des niveaux à peine survivables et ne se refroidiront plus », a déclaré Marten Scheffer, co-auteur de l’étude, de l’Université de Wageningen, aux Pays-Bas. 

« Non seulement cela aura des effets directs dévastateurs, mais cela rend les sociétés moins capables de faire face aux crises futures comme les nouvelles pandémies. La seule solution pour éviter ce scénario est une réduction rapide des émissions de carbone. »

Les auteurs de cette nouvelle étude utilisent une multitude de données historiques remontant à 6000 ans pour découvrir dans quelles conditions ont pu prospérer les humains. Selon les experts, les Hommes ont toujours su vivre dans tous les endroits de la Terre sauf les plus secs. La civilisation s’est également adaptée à tous les types de fertilité des sols. Le principal facteur limitant en termes d’habitation humaine est la chaleur.

Les résultats de l’étude montrent que les populations prospèrent dans une bande de température étroite, où la température annuelle moyenne s’étend de 11 à 15 degrés Celsius. C’est dans cette fourchette de températures que de nombreuses cultures de base poussent le mieux et que le bétail peut être très productif, et c’est pourquoi les auteurs le définissent comme la «niche du climat humain». Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres problématiques pour la prospérité humaine, mais la température est l’un des éléments clés liés au bien-être.

« Nos calculs montrent que chaque degré de réchauffement au-dessus des niveaux actuels correspond à environ 1 milliard de personnes tombant en dehors de la niche climatique », a déclaré le co-auteur de l’étude Tim Lenton, spécialiste du climat à l’Université d’Exeter au Royaume-Uni.

« Il est important que nous puissions maintenant exprimer les avantages de la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans quelque chose de plus humain que de simples termes monétaires. « 

L’étude utilise le RCP8.5, un scénario où les émissions de carbone augmentent à un niveau extrême, pour modéliser à quoi ressemblerait la fin du siècle pour notre petite niche climatique humaine.

« Selon les auteurs de l’étude, la majorité des humains subira une température deux fois plus élevée que les 3,5°C indiquée par le GIEC : elle pourrait atteindre 7,5 °C, en l’absence de migrations. Cette différence s’explique par le fait que les terres se réchauffent davantage que les océans et parce que la croissance démographique se fera principalement dans les zones les plus chaudes ».

 Les résultats montrent qu’une grande partie de la planète deviendrait inhabitable. Le Sahara est l’un des seuls endroits sur Terre où la température moyenne annuelle tourne au-dessus de 29 degrés Celsius. Les zones avec autant de chaleur ne couvrent que 0,8% des terres du monde. Mais d’ici 2070, cette chaleur extrême deviendrait courante sur près de 20% de la surface de la Terre . Cette zone abrite actuellement jusqu’à 3 milliards de personnes qui, si elles ne migrent pas, vivront dans des conditions que les humains n’ont jamais pu tolérer dans leur histoire.

Expansion de régions extrêmement chaudes dans un scénario climatique de statu quo. Dans le climat actuel, les MAT> 29 ° C sont limités aux petites zones sombres de la région du Sahara. En 2070, de telles conditions devraient se produire dans toute la zone ombragée suivant le scénario RCP8.5. En l’absence de migration, cette zone abriterait 3,5 milliards de personnes en 2070 selon le scénario SSP3 de développement démographique. Les couleurs d’arrière-plan représentent les MAT actuels.

Ce pic de température au cours des 50 dernières années sera plus dramatique que tout ce qui s’est produit au moins depuis 6 000 ans.

« Nous ne croyions pas vraiment nos résultats au début », a déclaré le Dr Scheffer. «Mais nous les avons examinés sous de nombreux angles différents.»

« C’est comme ça », a-t-il ajouté. «Et il s’avère que si le changement climatique reste sur la trajectoire actuelle, alors beaucoup plus de choses changeront au cours des 50 prochaines années que celles des 6 000 dernières années.»

Les résultats sont vraiment choquants sous forme de carte. La quasi-totalité du Brésil deviendra essentiellement inhabitable, de même que d’énormes parties du Moyen-Orient et de l’Inde, montrant que les zones les plus pauvres seront les plus durement touchées. Mais les impacts ne se limitent pas aux pays en développement ; le sud des États-Unis, certaines parties de l’Australie et l’Europe méditerranéenne verront également des températures au-delà des températures acceptables pour que l’humain se développe.

« C’est compliqué de parler de la migration climatique », a déclaré le Dr Scheffer. Mais la possibilité que des centaines de millions de personnes soient forcées de déménager dans des zones plus fraîches signifie que la société «doit réfléchir à la façon dont nous pouvons accueillir autant que nous le pouvons».

En absence de réduction des émissions, d’importantes migrations massives hors des zones chaudes pourraient avoir lieu notamment vers les zones plus tempérées. Au fil des années, certaines zones franchiront le seuil de niche climatique et deviendront inhabitables pour l’Homme.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

316 maires d’Île-de-France demandent à l’État de repousser la réouverture des écoles

Emmanuel Todd Tribunal Macron

Emmanuel Todd : « Nous saurons que la monde a changé quand ceux qui nous ont mis dans le pétrin seront devant un tribunal