in ,

Trump refuse de s’engager à une transition pacifique du pouvoir après les élections


Mercredi, le président Donald Trump ne s’est pas engagé à assurer une transition pacifique du pouvoir après les élections présidentielles, ce qui ne fait qu’alimenter les craintes qu’il n’abandonne pas son poste s’il perd en novembre.

« Eh bien, nous allons devoir voir ce qui va se passer », a déclaré M. Trump lorsqu’on lui a demandé s’il s’engagerait à assurer une transition pacifique, l’une des pierres angulaires de la démocratie américaine.

Donald Trump a précédemment refusé de dire s’il accepterait les résultats des élections. Sur Twitter, le président s’est déjà amusé à faire des montages sur le fait de rester en fonction bien au-delà des deux mandats constitutionnellement possibles.

Mais son refus de garantir une transition sans violence est une nouvelle étape et risque d’alarmer ses opposants, déjà sur les nerfs étant donné son déploiement des forces de l’ordre fédérales pour réprimer les protestations dans les villes américaines.

Sa réticence à s’engager en faveur d’une transition pacifique s’explique par ses préoccupations concernant les bulletins de vote, prolongeant ainsi sa fausse affirmation selon laquelle le vote par correspondance généralisé est truffé de fraudes.

« Vous savez que je me suis plaint très fortement des bulletins de vote et que ceux-ci est un désastre », a déclaré M. Trump lors d’un point de presse à la Maison Blanche, en faisant probablement référence aux bulletins de vote par correspondance, dont il a affirmé sans fondement qu’ils conduiraient à la fraude électorale.

« Débarrassez-vous des bulletins de vote et vous aurez un très … il n’y aura pas de transfert, franchement. Il y aura une continuation », a-t-il ajouté, en disant « les bulletins sont hors de contrôle ».

Le sénateur Mitt Romney, un républicain de l’Utah qui a été en désaccord avec le président dans le passé, a critiqué les commentaires de M. Trump plus tard dans la journée de mercredi.

« La transition pacifique du pouvoir est fondamentale pour la démocratie ; sans cela, c’est la Biélorussie », a tweeté Mitt Romney.

« Toute suggestion selon laquelle un président pourrait ne pas respecter cette garantie constitutionnelle est à la fois impensable et inacceptable ».

M. Trump a déjà déclaré que son rival Joe Biden ne l’emporterait en novembre que si l’élection est « truquée », et a laissé entendre plus tôt dans la journée qu’il était probable que les résultats de l’élection soient contestés jusqu’à la Cour suprême.

Les sondages nationaux montrent actuellement que Trump est en retard sur Biden, bien que les résultats des enquêtes sur les États du champ de bataille électoral soient plus serrés.

Le Président Trump n’a jamais cherché à se défaire de la spéculation selon laquelle il ne quitterait pas son poste. Dans une interview accordée à Fox News, on lui a demandé s’il pouvait accepter les résultats des élections.

« Non. Je dois voir », a déclaré M. Trump. « Regarde, je dois voir. Non, je ne vais pas me contenter de dire « oui ». Je ne vais pas dire « non ».

Donald Trump a également déclaré qu’il pensait que la Food and Drug Administration américaine pourrait être politiquement motivée pour retarder l’approbation d’un vaccin contre le coronavirus. La FDA envisage de nouvelles règles pour l’autorisation d’un vaccin Covid-19 qui pourrait repousser l’approbation jusqu’après le jour du scrutin.

« Cela me semble être extrêmement politique », a déclaré M. Trump à propos des règles proposées. « Nous allons l’examiner. Quand nous reviendrons avec ces excellents résultats, je pense que vous les aurez », a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI : Si Trump n’est pas réélu, tout n’est pas perdu pour remettre les Etats-Unis sur les rails de l’Accord de Paris

LIRE AUSSI : Donald Trump appelle ses partisans à tricher en votant deux fois aux prochaines élections

LIRE AUSSI : Le plus haut général américain assure que l’armée ne s’opposera pas à Donald Trump même s’il conteste les résultats électoraux

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Greta Thunberg annonce le retour des grèves pour le climat dans le monde entier

Michèle Rubirola

Coronavirus : la maire de Marseille évoque le risque d’une révolte suite aux nouvelles mesures sanitaires