Ségolène Royal : « le vote utile à gauche, c’est Mélenchon »

L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2012, Ségolène Royal, a déclaré que le candidat à gauche « le plus solide » était Jean-Luc Mélenchon. Selon elle, « le vote utile à gauche c’est Mélenchon ».

Sommaire

Ségolène Royal derrière Jean-Luc Mélenchon

Ségolène Royal n’a pas tari d’éloges envers Jean-Luc Mélenchon lors de son intervention chez BFM TV.

« Il est évident que le vote utile à gauche c’est Mélenchon. Il fait la meilleure campagne. Il arrondit les angles. Il est structuré et cultivé. C’est lui le plus solide », a déclaré Ségolène Royal au sujet de Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon remercie Ségolène Royal

Sur Twitter, le patron de la LFI a remercié l’ancien candidate à la présidentielle pour « ses mots de rassemblements ». Il a précisé qu’il s’agissait d’un soutien mais pas d’un ralliement.

Ségolène Royal sur Anne Hidalgo : « A sa place j’arrêterais »

Ségolène Royal a critiqué la direction du Parti Socialiste et a déploré qu’aucune primaire n’ait été organisée. Sans ce débat en interne qui permet à chaque potentiel candidat de se préparer à la présidentielle, aucun programme sérieux n’a été proposé aux électeurs de gauche.

Face à l’échec cuisant d’Anne Hidalgo, candidate officielle du PS, Ségolène Royal a indiqué qu’à sa place elle se serait retirée.

« Il faut qu’elle prenne ses responsabilités. [..] À sa place, j’arrêterais […] dans une dynamique de rassemblement. ».

La femme politique a également déclaré que Christiane Taubira avait raté son investiture à la présidentielle tout en évoquant « le grand n’importe quoi de la Primaire Populaire« .

Jean-Luc Mélenchon gagne des points dans les médias

Que ce soit dans les sondages ou dans les médias, Jean-Luc Mélenchon gagne des points. De plus en plus d’éditorialistes, souvent de droite, reconnaissent les qualités du leader de la France Insoumise.

Sur Twitter, le patron de Médiapart, Edwy Plenel, a relayé une vidéo élogieuse de BFM Business envers Jean-Luc Mélenchon. Le chroniqueur spécialisé dans l’économie reconnaît les qualités et la solidité du programme de l’Avenir en Commun.

VOIR AUSSI : Pour Jean-Michel Aphathie, le seul candidat qui peut gagner à gauche s’appelle Jean-Luc Mélenchon | VIDEO

Jean-Luc Mélenchon remplit les salles

Le candidat de l’Union Populaire remplit les salles de ses meetings contrairement à beaucoup de ses concurrents. Alors que Valérie Pécresse est moquée pour ses discours, Jean-Luc Mélenchon est ovationné.

D’ailleurs Nicolas Domenach, chroniqueur LCI, reconnaît qu’il est « vraiment le roi de la piste ».

« Il reste un orateur hors pair (…) on vient à ses meetings pour un spectacle mais aussi pour s’instruire, c’est assez impressionnant », explique le chroniqueur.

Jean-Luc Mélenchon : le vote utile à gauche face à l’extrême droite

Jean-Luc Mélenchon apparaît comme le seul rempart à un second tour sans candidat de gauche. Depuis le lancement de la campagne d’Eric Zemmour, l’extrême droite a imposé ses thèmes et son agenda.

Même la candidate LR, Valérie Pécresse, évoque désormais le « grand remplacement » et les « français de papiers ». Des expressions qu’on qualifiait encore récemment de racistes.

Dans ce dernier sondage publié par le magazine Marianne, on peut voir les trois candidats de droite se partager les intentions de votes presque de façon égale. Emmanuel Macron, qui ne s’est toujours pas présenté, est annoncé à 23%..

Marine Le Pen, Eric Zemmour et Valérie Pécresse se neutralisent pour l’instant dans les sondages et permettent d’espérer un second tour autour de 15 ou 16%. Un pourcentage que Jean-Luc Mélenchon pourrait atteindre comme il l’a déjà fait en 2017 où il avait recueilli 19,58 % au premier tour.

LIRE AUSSI : VIDEO. Fabien Roussel, le candidat communiste chouchou des médias

aurélien barrau effondrement collapsologie

Aurélien Barrau et les chiffres de l’effondrement

empreinte carbone émissions CO2 ultrariches pauvres inégalités sociales

L’empreinte carbone des 1% les plus riches est 75 fois supérieure à celle des 50% les plus pauvres