in

Si Trump n’est pas réélu, tout n’est pas perdu pour remettre les Etats-Unis sur les rails de l’Accord de Paris


Selon un rapport de l’America’s Pledge, les quatre dernières années de recul en matière de politique environnementale de l’administration Trump ont été contrebalancées à l’échelle des Etats. Un réengagement fédéral agressif en faveur du climat en 2021 pourrait permettre aux Etats-Unis d’atteindre un niveau net d’émissions zéro d’ici 2050.

Le quatrièmement rapport de l’America’s Pledge, dont les coprésidents sont l’ancien gouverneur de Californie Edmund G. Brown, Jr. et Michael R. Bloomberg, ancien maire de la ville de New York, se divise en deux parties distinctes. La première se concentre sur l’impact, à l’horizon 2030, de la pandémie COVID-19 et de la récession économique qui a suivi ainsi que sur les perspectives futures en matière de climat et d’énergie. La deuxième se focalise sur l’évaluation des progrès climatiques des États, des villes et des entreprises américaines au cours des trois dernières années.

Malgré la pandémie et la crise économique, les États, les villes et les entreprises peuvent réduire leurs émissions jusqu’à 37% d’ici 2030 avec ou sans l’aide de Washington.

« Malgré la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris, et malgré quatre années de recul environnemental et de déni climatique de la part du gouvernement fédéral, le dernier rapport America’s Pledge montre que les villes, les États et les entreprises continuent de progresser en travaillant ensemble », a déclaré Michael R. Bloomberg, coprésident de America’s Pledge.

« Mais le rapport montre aussi que nous pourrions faire beaucoup plus, beaucoup plus vite, avec le leadership de la Maison Blanche – rendant l’élection présidentielle de novembre encore plus importante dans la lutte contre le changement climatique ».

« Avec des incendies qui ravagent l’ouest des États-Unis comme jamais auparavant, et un président en profond déni climatique, America’s Pledge montre la voie », a déclaré Jerry Brown, ancien gouverneur de Californie et coprésident de America’s Pledge.

« Les États, les villes et les entreprises prennent des mesures et tirent la sonnette d’alarme. Rien n’est plus important que d’inverser les émissions de carbone nuisibles qui minent notre avenir ».

L’analyse montre qu’en dépit de la crise sanitaire et économique, les États-Unis ont atteint un point de basculement irréversible dans leur transition vers l’énergie propre, grâce aux mesures audacieuses et sans précédent prises par les États et les dirigeants locaux, un changement crucial des forces du marché et une demande publique importante.

Le rapport évoque également les modalités d’un plan de relance post-Covid-19 qui comprend des investissements sectoriels – tels que la modernisation du réseau, le transport électrique, les bâtiments à émissions zéro, l’élimination des réfrigérants en fin de vie et le soutien aux personnes à faible revenu et les communautés touchées
pour créer une économie plus forte avec plus d’emplois, un air plus pur et une énergie moins chère pour les Américains.

L’analyse souligne en outre que, malgré l’élan positif et les signaux du marché, un effort massif et coordonné du gouvernement fédéral et des entités non fédérales est encore nécessaire pour déployer des solutions propres rapidement afin d’atteindre les objectifs que les scientifiques avertissent être nécessaires pour éviter certains des pires impacts du changement climatique.

Enfin les auteurs du rapport assurent que si les programmes de relance économique post-épidémie traitent explicitement de la crise climatique et de la transition énergétique et sont suivis d’une action soutenue, l’Amérique pourrait encore réduire de moitié ses émissions d’ici 2030, mettant le pays sur la voie du « zéro émission nette ». Le gouvernement fédéral et les États, les villes et les entreprises peuvent mettre en œuvre des politiques et des programmes pour stimuler l’économie, lutter contre le changement climatique et créer une reprise durable, propre et juste.

LIRE AUSSI : Extinction. Depuis 1970, la taille des populations de vertébrés sauvages a décliné de 68%

Likez notre page facebook!

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’extrême pauvreté « doublera d’ici Noël » au Royaume-Uni à cause du Covid-19

Maires écolos : le péril vert – Le Moment Meurice