in

La stratégie suédoise d’immunité collective contre le Covid-19 pourrait provoquer des « milliers de morts »


Certains signes indiquent que le taux de mortalité en Suède augmente plus rapidement qu’ailleurs en Scandinavie. Contrairement à ses voisins, Stockholm a décidé de ne pas mettre en place de politique contre le coronavirus afin d’atteindre une immunité collective.

L’expérience suédoise a suscité la consternation dans le monde entier, car les écoles, les restaurants et les cafés sont restés ouverts. Et alors que d’autres pays ont adopté des lois limitant les déplacements, le Premier ministre suédois Stefan Lofven s’est appuyé sur le bon sens de ses concitoyens pour mener son pays à traverser la pandémie.

Mais après une semaine de données qui donnent à réfléchir, M. Lofven semble maintenant adopter un ton plus sombre. Dans une interview publiée samedi par Dagens Nyheter, il a averti que la Suède pourrait être confrontée à des « milliers » de décès dus au coronavirus, et a déclaré que la crise risque de s’éterniser pendant des mois plutôt que des semaines.

LIRE AUSSI : Coronavirus, la stratégie d’immunité de groupe ne fonctionnera pas

Le nombre de décès suédois est passé à 373 samedi, soit une augmentation de 12 % par rapport à vendredi. Cela porte le taux par million dans la plus grande économie de Scandinavie à 36, contre 29 au Danemark et 9 en Norvège, où des mesures de confinement beaucoup plus sévères sont en place.

Le meilleur épidémiologiste suédois, Anders Tegnell, affirme que l’objectif dans son pays, comme partout ailleurs, est d' »aplatir la courbe » pour éviter de submerger les hôpitaux. Depuis jeudi, il a déclaré que la courbe « commence à devenir un peu plus raide, mais dans l’ensemble » reste « assez plate ».

Mais le Covid-19 comporte tellement d’inconnues que l’approche de la Suède inquiète certains de ses propres experts.

« Ils sont habitués à prendre des décisions fondées sur des preuves, mais cela ne fonctionne pas pour une pandémie comme celle-ci, où les données clés sont inconnues », a déclaré Claudia Hanson, maître de conférences en santé publique mondiale à Stockholm.

Le coût économique de la fermeture d’une société entière provoque d’importants débats au sein des gouvernements. Mais avec le confinement d’une grande partie du reste du monde, les efforts de la Suède pour garder son économie en marche ne font pas grand-chose pour la protéger de la récession. En fait, certains économistes avertissent que le PIB suédois pourrait se contracter jusqu’à 8 % cette année, ce qui représenterait une crise bien plus profonde qu’en 2008-2009.

La Suède a déjà pris quelques mesures en vue d’imposer davantage de restrictions. Elle a récemment interdit les rassemblements de plus de 50 personnes, contre 500 auparavant. Et les restaurants ne peuvent servir les clients que lorsqu’ils sont assis à une table, et non lorsqu’ils sont debout dans un bar. Les visites dans les maisons de retraite pour personnes âgées sont interdites, et Lofven a clairement indiqué que des instructions plus strictes pourraient suivre.

LIRE AUSSI : Coronavirus. Face à la menace d’avoir des “centaines de milliers de décès”, le Royaume-Uni change de stratégie

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’Armée de Terre se met au survivalisme avec des tutos scénarisés

De nombreux parisiens font leur retour dehors malgré le confinement