À Madrid, on enterre ses morts au drive-in : les images déchirantes

Toutes les 15 minutes environ, un corbillard noir s’arrête devant le crématorium du vaste cimetière de La Almudena à Madrid .

Le père Edduar, prêtre catholique habillé pour la messe, sort du bâtiment pour saluer les membres de la famille qui sont venus rendre un dernier hommage au défunt. Le conducteur ouvre le coffre pour révéler un simple cercueil en bois. Debout derrière le corbillard, sous un abri d’auto ombragé, les personnes en deuil gardent une distance. Certains portent des masques , voire des gants. Les câlins et les baisers sont un spectacle rare.

Du début à la fin, les bénédictions et les prières prennent à peine cinq minutes. Le père Edduar arrose le cercueil scellé avec de l’eau bénite avant que le personnel émerge pour charger charger le corps à l’intérieur. Ensuite, c’est fini. Il n’y a pas d’éloge funèbre, pas de visites, pas d’enterrement public. Il n’y a presque pas de temps pour un au revoir.

« Vous pouvez voir une grande douleur sur leur visage », explique le père Edduar, avec son accent vénézuélien.

L’Espagne est l’un des pays les plus touchés du monde par le Covid-19 avec plus de 15 000 décès. Ces chiffres officiels pourraient être deux fois inférieurs à la réalité selon plusieurs médias espagnols. Le bilan officiel ne prend en compte que les personnes qui ont été testées positives au coronavirus avant leur mort. Les cimetières expliquent qu’ils enterrent deux ou trois fois plus de corps que d’habitude.

LIRE AUSSI : En Espagne, les régions dénoncent les chiffres officiels de décès du Covid-19 deux fois inférieurs à la réalité

coronavirus footing confinement

Les scientifiques avertissent du danger de marcher, faire un footing ou du vélo à proximité d’un autre sportif

chomage usa

16 millions d’américains ont perdu leur emploi en trois semaines