« La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

courien international effondrement fin du monde

Courrier International a décidé de mettre en une de son magazine le titre « La fin du monde approche… et c’est une bonne nouvelle ». Un nouveau signe de l’avancée des thèses liées à l’effondrement et à la collapsologie.

La prise de conscience collective (tardive ?) autour de la question du réchauffement climatique se remarque un peu plus chaque jour. De plus en plus d’émissions évoquent le sujet, les partis politiques sont tous obligés de revoir leur programme et les jeunes sont de plus en plus nombreux à manifester dans les rues pour le climat.

Pour autant, la situation dans le monde semble toujours empirer. Donald Trump supprime toutes les lois sur l’environnement, la Chine réduit à néant tous les efforts sur la fin du charbon, nos sociétés continuent de surconsommer et les politiques des Etats sont très loin des changements nécessaires pour respecter les accords de Paris.

Alors oui peut-être qu’au final, l’effondrement du monde ultralibéral basé sur une croissance infinie dans un monde aux ressources finies était inéluctable. Peut-être que dans le fond, la Sixième extinction qui se produit actuellement est le sens de l’histoire. Une fin tragique pour une Humanité incapable de se réformer, des élites décidées à faire un maximum de profit quitte à affamer des peuples, détruire des écosystèmes entiers et demain la planète.

Devant nous c’est l’Humanité qui montrera surement toutes ses valeurs (sic) le jour où un milliard de réfugiés climatiques ne trouveront pas de refuges, que des vastes territoires deviendront inhabitables et que tout le monde fermera les yeux devant les catastrophes qui toucheront les côtes asiatiques englouties par les océans, le monde arabo-musulman assoiffé et la Californie sous les flammes.

Si les journalistes de Courrier International espèrent un dernier sursaut de l’Humanité, ils se trompent. Le modèle économique actuel basé sur la cupidité sera surement le dernier avant l’effondrement ou les effondrements qui toucheront le monde entier. Ils oublient sûrement que les élites ont toujours eu un train de retard dans l’histoire. Perchées sur leurs tours d’ivoire, elles ont toujours fermé les yeux jusqu’à trépasser.

Le souhait d’un changement de paradigme profond ne pourra se faire aussi vite et cela malgré les catastrophes climatiques. Il suffit de voir le vice premier ministre australien nier encore et toujours le réchauffement climatique malgré les incendies géants qui touchent l’Australie. Donald Trump qui nie le réchauffement climatique alors que la Californie brûle chaque année un peu plus. Dieu merci, les villas des stars sont protégées par des sociétés privées de pompiers pendant que tout brûle autour. Tout un symbole !

Evidemment, comme tous, il nous faut rêver d’un changement, espérer un miracle, certains athéistes militants en viennent même à supplier les religieux de faire bouger leurs fidèles. Leffondrement de notre civilisation telle que nous la connaissons actuellement sera surement terrible. Comme tout grand changement elle s’accompagnera d’horreurs si la transition écologique et sociale n’est pas accélérée pour le bien de tous. Certains diront qu’une telle posture est celle d’un fatalisme mais non, c’est juste un constat lucide qu’il faut faire avant de mener le combat contre tous ces défis qui nous attendent.

Au final, nous serons peut-être au centre de grands bouleversements qui changeront la face de la Terre à tout jamais. Est-ce un privilège ? Aucune idée, toujours étant qu’il est encore temps de lutter pour pouvoir dire plus tard à nos enfants qu’on avait essayé.

TJ4Y7GGM5N6LRKI47HBFINPL4U

Toulouse : il prend 100 euros d’amende pour avoir donné 70 centimes à une mendiante

funeraille bolivie répression

Bolivie : la police lance des gaz lacrymogènes sur un cortège funéraire indigène