in ,

Un Brexit sans accord pourrait faire un trou de 100 milliards de livres dans les finances publiques


Boris Johnson Brexit

Le Premier ministre Boris Johnson a été exhorté à mettre un frein à ses plans de réduction d’impôts, alors qu’on l’avertissait qu’un Brexit sans accord pourrait faire un trou de 100 milliards de livres (123 milliards de dollars) dans les finances publiques et porter la dette publique à son plus haut niveau depuis un demi siècle.

Le déficit budgétaire devrait déjà dépasser les 50 milliards de livres sterling et pourrait facilement doubler d’ici un an si la Grande-Bretagne s’effondre hors de l’Union européenne sans un accord de transition, a annoncé l’Institute for Fiscal Studies dans son budget vert publié mardi.

Même avec un assouplissement « substantiel » de la politique monétaire et budgétaire, l’économie britannique est confrontée à deux années de stagnation dans le cadre d’un scénario Brexit sans accord, selon Citi, qui a fourni une analyse pour le rapport. Elle a estimé que la production pourrait être supérieure de plus de 5% en 2022 à ce qu’elle est aujourd’hui si le Parti travailliste d’opposition prenait le pouvoir et révoquait le Brexit.

« Le gouvernement est maintenant à la dérive sans aucun point d’ancrage fiscal efficace », a déclaré Paul Johnson, directeur de l’IFS. « Compte tenu du niveau extraordinaire d’incertitude et des risques auxquels l’économie et les finances publiques sont confrontées, elle ne devrait pas chercher à offrir d’autres avantages fiscaux globaux permanents ».

Avec l’imminence d’une possible élection générale, Johnson offre aux électeurs la fin de l’austérité avec des dizaines de milliards de livres d’augmentation des dépenses publiques et des réductions de charges sociales. Les plans annoncés par le chancelier Sajid Javid le mois dernier signifient que les dépenses quotidiennes pour le service national de santé et le maintien de l’ordre sont maintenant plus élevées que celles proposées par le Parti travailliste avant les élections de 2017, a déclaré l’IFS.

Citi estime que la croissance de la Grande-Bretagne a chuté depuis 2016, avec une production inférieure d’environ 60 milliards de livres à ce qu’elle aurait été si les électeurs avaient choisi de rester dans l’UE.

« Un nouveau retard du Brexit prolongerait l’incertitude qui pèse sur l’investissement et la croissance », a déclaré Citi.

La Grande-Bretagne est sur la bonne voie pour enfreindre sa règle budgétaire clé, qui exige que les emprunts structurels soient inférieurs à 2 % du PIB en 2020-21, a déclaré l’IFS. Un stimulant financier pour aider l’économie à surmonter un Brexit sans accord ferait grimper la dette à près de 90 % du revenu national pour la première fois depuis le milieu des années 1960, ce qui soulèverait la perspective de réductions importantes des dépenses dans les années à venir.

« Les cadeaux électoraux devraient être ‘soigneusement ciblés et temporaires' », a dit M. Johnson. « Une économie plus petite que prévu peut, à long terme, soutenir moins de dépenses publiques que prévu, pas plus. »

Les inquiétudes sont tellement importantes pour le Royaume-Uni que même Boris Johnson, qui avait promis de sortir de l’Union Européenne même sans accord, pourrait repousser à nouveau le Brexit.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Occupation d’Italie 2 : victoire de la rébellion

greta Thunberg rome pendaison

Un mannequin à l’effigie de Greta Thunberg pendu sous un pont de Rome