in ,

Selon le Premier Ministre espagnol, le Brexit sans accord est le plus grand risque pour l’économie

Commenter

Espagne Brexit
Spain's new Prime Minister Pedro Sanchez issues a statement at the Moncloa palace, the premier's official resident, in Madrid, Wednesday, June 6, 2018. A female-dominated cabinet is taking shape as part of the new Socialist government, which is choosing a former astronaut as science minister and a European Union bureaucrat to oversee the country's economy. (AP Photo/Francisco Seco)

Le Premier ministre espagnol par intérim, Pedro Sanchez, a déclaré que la plus grande menace pour l’économie du pays est la perspective que le Royaume-Uni quitte l’Union européenne sans un accord de sortie le mois prochain.

« A court terme, un Brexit sans accord » est le plus grand risque pour la croissance économique espagnole, a déclaré M. Sanchez dans une interview accordée au Bloomberg Global Business Forum à New York.

« Non seulement pour l’Espagne, mais aussi pour l’économie mondiale « , a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a juré de conduire son pays hors de l’UE le 31 octobre, qu’il ait négocié un accord de retrait ou non. Il a insisté sur le fait qu’un départ turbulent demeure sur la table malgré l’opposition du Parlement et des tribunaux du Royaume-Uni. Un Brexit sans accord constituerait un défi particulier pour l’Espagne, qui abrite le plus grand contingent de ressortissants britanniques sur le continent et entretient des liens commerciaux étroits avec le Royaume-Uni.

M. Sanchez, 47 ans, a déclaré que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine constituait également un risque sérieux pour la croissance espagnole et mondiale, et qu’il se méfiait des retombées politiques de la sortie imminente de la Grande-Bretagne.

Les séparatistes écossais militent en faveur de leur propre référendum sur l’indépendance, qui pourrait leur permettre de réintégrer l’UE après le Brexit. M. Sanchez a déclaré qu’un tel vote serait une  » question de politique intérieure « , ajoutant qu’en général, les référendums ont tendance à causer plus de problèmes qu’à les résoudre.

L’Espagne enlisée dans une crise politique

L’Espagne a fait face à sa propre menace séparatiste en 2017 lorsque la Catalogne a organisé un référendum illégal dans une tentative de rupture avec Madrid. La crainte d’enhardir à nouveau les nationalistes catalans a rendu les responsables espagnols extrêmement méfiants à l’égard de toute forme de poussée vers l’indépendance. M. Sanchez a refusé de se laisser convaincre de soutenir l’adhésion de l’Écosse à l’UE si le Royaume-Uni devait la quitter.

« Nous y réfléchirons », a-t-il dit. « J’explique toujours au mouvement indépendantiste de Catalogne que le référendum n’est pas une solution, il divise les sociétés et crée une énorme fracture dans la société ».

En Espagne, Sanchez tente de convaincre les électeurs qui participent à la campagne électorale qu’il est le mieux placé pour apaiser ces tensions et s’assurer qu’il n’y aura pas de résurgence des tentatives catalanes de sécession.

Les Espagnols participeront à leur quatrième élection générale en autant d’années d’ici novembre, après que Sanchez n’ait pas réussi à obtenir le soutien des partis rivaux pour remporter un second mandat de premier ministre. Le Parti socialiste de centre-gauche de Sanchez devrait à nouveau remporter le plus grand nombre de sièges mais rester très loin de la majorité nécessaire pour être nommé Premier ministre.

Chômage et économie espagnols

Alors que les législateurs espagnols se sont enlisés dans une impasse, l’économie du pays a ralenti et les problèmes profondément enracinés sur le marché du travail dysfonctionnel n’ont pas été résolus. Le taux de chômage de l’Espagne est de 14%, le deuxième plus élevé de l’UE après la Grèce.

Les économistes de la banque centrale espagnole s’attendent maintenant à ce que la production augmente de 2 % cette année, en baisse par rapport aux 2,4 % prévus en juin. Bien qu’il s’agisse d’un ralentissement pour l’Espagne, le taux de croissance reste largement supérieur aux perspectives des autres grandes économies de la zone euro. L’Allemagne est au bord de la récession et la croissance italienne a stagné.

Cette décélération plus forte que prévu souligne la préoccupation des économistes et des électeurs, qui craignent que M. Sanchez ne dispose de peu de temps pour mettre en œuvre des changements de politique afin d’essayer d’améliorer les perspectives à long terme de l’Espagne.

« Il y a eu très peu de réformes économiques significatives ces dernières années « , a déclaré mardi à la presse Oscar Arce, directeur de la recherche à la Banque d’Espagne. « Nous n’avons pas profité d’une situation optimale pour lancer des réformes. »



Commenter

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Un ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Venezuela crise économique cryptomonnaie

Face aux sanctions américaines, le Vénézuela réfléchit à utiliser les cryptomonnaies

Incendie usine à Rouen

Explosion d’une usine à Rouen : la population panique après les pluies noires