in ,

Le Brexit va entraîner l’effondrement de l’industrie automobile


Brexit effondrement du secteur automobile
Brexit effondrement du secteur automobile

Le Royaume-Uni est la veille d’une grave catastrophe économique. Sans accord avant la sortie de l’Union Européenne, les britanniques s’exposent à la fermeture de nombreuses usines notamment dans le secteur automobile.

Boris Jonhson a été choisi par son parti pour permettre à la Grande-Bretagne de mettre en place le Brexit. Dès son arrivée au pouvoir, le Premier ministre a fait savoir qu’il ira jusqu’au bout quitte à ne pas trouver d’accord avec l’UE.

Avec une réduction de 70 % des investissements depuis le début de l’année et des menaces répétées de fermetures d’usines, le Royaume-Uni vit une contraction de son économie. Les premiers signes d’une récession apparaissent notamment à cause des conséquences d’un possible Brexit sans accord et d’une incertitude grandissante suite aux revers électoraux de Johnson.

« Le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord déclencherait un séisme pour les conditions commerciales, avec des milliards d’euros de taxes risquant d’affecter le choix des consommateurs des deux côtés de la Manche », estiment l’Association européenne des constructeurs automobiles (Acea), celle des sous-traitants (Clepa) et 21 associations nationales dans un communiqué conjoint.

« Le Brexit n’est pas seulement un problème britannique, nous sommes tous concernés dans l’industrie automobile européenne, et même au-delà », a déclaré Christian Peugeot, président du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), cité dans le communiqué.

Le retour des frontières entraînerait automatiquement de nouvelles taxes et charges administratives qui pèseraient sur le marché de l’automobile. De nombreuses usines ont déjà pris des mesures afin d’éviter un chaos dans leur chaîne de production et des pertes économiques importantes.

Les géants de l’automobile comme PSA, BMW, Nissan ont tous des usines au Royaume-Uni dont l’avenir risque d’être compromis par un Brexit sans accord. De nombreuses marques ont déjà annoncé qu’elles quitteraient le royaume dans le cas d’un « hard Brexit ».

Le géant américain Ford a fait savoir que ses usines à Dagenham et Bridgend seront fermées si le Brexit tournait mal. Idem pour PSA qui a déclaré qu’il était prêt à fermer l’usine de Ellsmere Port et à transférer ses activités sur le continent.

« Un Brexit sans accord aurait un impact immédiat et dévastateur sur l’industrie, sapant la compétitivité et engendrant des dommages irréversibles et sévères », a commenté Mike Hawes, président de l’Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) britannique.

D’autres constructeurs comme l’indien Tata qui possède Jaguar Land Rover a déjà lancé un plan d’allégement de ses effectifs en Europe tout en fermant le site de Solihull dans le centre de l’Angleterre.

Le Royaume-Uni pourrait vivre un véritable effondrement économique avec une explosion du chômage. Plus de 57 000 personnes sont actuellement employées dans le secteur de l’industrie automobile et une grande partie pourrait se retrouver sans emploi du jour au lendemain.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Greta Thunberg à l’ONU: «Comment osez-vous? Vous avez volé mes rêves et mon enfance!» | VIDÉO

Europe Iran usa

Les puissances européennes se rangent du côté des États-Unis face à l’Iran