Covid-19. La Suède n’avait pas enregistré autant de décès depuis la grande famine de 1869

La Suède a enregistré son plus grand nombre de décès en 150 ans pour le premier semestre de 2020 , selon le bureau officiel des statistiques du pays.

Entre janvier et juin de cette année, 51405 décès ont été enregistrés – loin des 6500 décès sur la même période en 2019.

Il s’agit du nombre le plus élevé de décès en Suède au cours de la première moitié de l’année depuis 1869, lorsque le pays a été frappé par la famine et 55 431 personnes sont mortes.

Le pays a également connu la plus faible augmentation démographique depuis 2005, avec un excédent de 6 860 en 2020, soit moins de la moitié de celui de l’année précédente. Les chiffres de l’immigration ont diminué de 34,7% par rapport à la même période en 2019, principalement à cause d’une baisse importante au deuxième trimestre entre avril et juin.

Contrairement à la plupart des pays, la Suède n’a pas confiné lorsque la pandémie s’est propagée à travers l’Europe au début du printemps. Au lieu de cela, l’accent a été mis sur la responsabilité personnelle, la plupart des bars, écoles, restaurants et salons sont restés ouverts.

Malgré cette approche moins stricte, seuls 7,3% des habitants de Stockholm ont développé les anticorps nécessaires pour combattre la maladie à la fin avril. Un pourcentage bien en dessous des 70 à 90% nécessaires pour l’immunité collective.

Début juin, le nombre de morts du coronavirus dans le pays était de plus de 4500. Selon l’Université Johns Hopkins, il s’élève maintenant à 5 802.

Une grande partie des critiques concernant la réponse de la Suède a porté sur les taux de mortalité élevés dans les maisons de retraite. L’épidémiologiste en chef suédois Anders Tegnell a admis en juin que l’Agence de santé publique du pays « ne savait pas qu’il y aurait un si grand potentiel de propagation de la maladie dans les maisons de retraite pour personnes âgées, avec autant de décès ».

« Il y a des choses que nous aurions pu faire mieux mais en général je pense que la Suède a choisi la bonne voie. »

Dans une interview accordée à Christiane Amanpour de CNN en juillet, Tegnell a de nouveau défendu l’approche du pays.

 « Je pense que nous croyons toujours que la stratégie nous a très bien servis dans des aspects différents », a-t-il déclaré.

« Je sais que le nombre de morts est très élevé. Ce n’est pas extrêmement élevé si vous le comparez à des pays comme la Belgique, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. »

Lorsque les autorités ont vu les ravages de l’épidémie dans les maisons de soins, des conseils ont été distribués et les cas ont rapidement chuté et sont maintenant presque à zéro. Tegnell a expliqué jeudi que la Suède ne recommandait pas l’utilisation de masques faciaux, considérés comme essentiels pour réduire la propagation du virus par de nombreux autres pays, car ils pourraient encourager les gens à prendre plus de risques.

« Il est très dangereux de croire que les masques faciaux changeraient la donne en ce qui concerne Covid-19 », a déclaré Tegnell au Financial Times.

« Vous pourriez avoir vos bus ou vos centres commerciaux remplis – c’est certainement une erreur », a-t-il ajouté.

La Suède a également payé un lourd tribut économique même si elle ne s’est pas confinée. Les entreprises de l’hôtellerie et du tourisme ont déclaré qu’elles avaient subi un énorme coup économique, et les fabricants ont été coupés des chaînes d’approvisionnement internationales.

Près de 50% de l’économie du pays repose sur l’exportation de marchandises à l’étranger, et la crise mondiale a détruit la demande internationale. L’économie suédoise devrait se contracter de plus de 5%, des centaines de milliers de personnes pourraient perdre leur emploi.

Groenland : la perte de 532 gigatonnes de glace a été 15% supérieure au précédent record de 2012

Le miel, un remède plus efficace contre le rhume que les médicaments prescrits