in ,

La Russie nie avoir offert des primes aux Talibans pour tuer des soldats américains


La Russie a rejeté les accusations « sans fondement » selon lesquelles elle aurait offert aux miliciens Talibans des récompenses pour tuer des soldats américains et d’autres membres de l’OTAN en Afghanistan.

Le New York Times et le Washington Post ont cité des responsables américains indiquant qu’une unité de renseignement militaire russe liée à des tentatives d’assassinat en Europe avait offert des primes présumées l’année dernière.

L’ambassade de Russie aux États-Unis a déclaré que ces allégations étaient fausses tout comme les talibans qui ont également nié l’existence d’un tel accord avec les services de renseignement russes.

Un porte-parole des talibans a qualifié ces accusations de non fondées.

« Nos assassinats et attaques ciblés durent depuis des années, et nous l’avons fait sur nos propres ressources », a déclaré Zabihullah Mujahid au New York Times.

Il a ajouté que les Talibans avaient cessé d’attaquer les forces américaines et de l’OTAN après avoir accepté en février un retrait progressif des troupes et la levée des sanctions.

Selon le New York Times, le président Donald Trump a été informé des rapports en mars, mais la Maison Blanche a nié cela.

« Ni le président ni le vice-président n’ont été informés des prétendus renseignements sur les primes russes », a déclaré samedi soir Kayleigh McEnany, attachée de presse à la Maison Blanche.

Cependant, a-t-elle ajouté, « cela ne remet pas en question ces prétendus renseignements, mais l’inexactitude de l’article du New York Times suggérant à tort que le président Trump a été informé de cette affaire ».

Les responsables non identifiés cités par le New York Times ont déclaré que les agences de renseignement américaines avaient conclu il y a des mois qu’une unité de l’agence de renseignement militaire russe GRU avait cherché à déstabiliser ses adversaires en offrant secrètement des primes pour des attaques réussies contre les forces de la coalition. Vingt soldats américains sont morts en Afghanistan en 2019.

Les responsables cités par le New York Times ont déclaré que le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche avait réfléchi à la manière de réagir, notamment en imposant une série croissante de sanctions contre la Russie.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des traces de coronavirus trouvées dans un échantillon d’eaux usées de mars 2019 à Barcelone

New Delhi en état d’alerte après l’invasion de criquets pèlerins dans le Gurgaon voisin