in ,

New Delhi en état d’alerte après l’invasion de criquets pèlerins dans le Gurgaon voisin


Un essaim de criquets pèlerins a obscurci le ciel de la ville indienne de Gurgaon samedi, ce qui a incité le gouvernement de la capitale indienne New Delhi à publier un avis informant les fonctionnaires de rester en état d’alerte.

Les insectes ont balayé la ville à 11h30, heure locale, a déclaré à CNN Atul Kapur, le fondateur d’une entreprise sociale qui vit à Gurgaon. Au bout de 15 minutes, des milliers de criquets se sont installés sur les terrasses et les toits des maisons avant d’être emportés par des vents violents.

La dernière fois que Kapur a vu un essaim dans la ville, c’était il y a au moins 40 ans, a-t-il dit.

« Quand nous étions enfants, nous les appelions « tiddi » et nous les effrayions avec des sons forts », a déclaré Kapur, 56 ans, à CNN.

Dans la ville voisine de New Delhi, le ministre du travail et du développement, Gopal Rai, a diffusé un avis sur Twitter, déclarant que tous les magistrats du district de New Delhi sont invités à « rester en alerte » alors qu’ils intensifient leurs efforts pour contenir le parasite migrateur.

Il a ajouté que du personnel sera déployé pour aider à guider les résidents et les villageois sur la manière de disperser les criquets – peut-être en déclenchant des pétards, en « faisant un son de décibels élevé en battant du tambour [ou] un ustensile, en jouant de la musique à haut volume sur le système de musique ».

Recherche de nourriture

Ceci survient quelques semaines après que des vagues de criquets pèlerins, fortes de plusieurs millions d’individus et s’étendant sur 7 kilomètres, aient traversé l’État du Rajasthan, dans l’ouest de l’Inde, en provenance du Pakistan voisin, début mai. Depuis, les essaims ont pénétré dans cinq États différents à la recherche de nourriture.

Les criquets sont arrivés en Inde depuis leurs zones de reproduction au Pakistan, a déclaré Om Prakash, un responsable de la protection des plantes basé au Rajasthan pour l’Organisation d’alerte aux criquets, au début du mois de juin.

Le 20 juin, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré que l’Inde devrait rester en état d’alerte élevé au cours des quatre prochaines semaines car « des groupes et des essaims d’adultes élevés au printemps continuent d’apparaître le long de la frontière indo-pakistanaise, dont beaucoup ont continué plus à l’est dans plusieurs États du nord de l’Inde parce que les pluies de mousson ne sont pas encore arrivées au Rajasthan, en Inde ».

Le criquet pèlerin est l’un des ravageurs migrateurs les plus destructeurs en raison de sa vitesse et de sa capacité à se multiplier rapidement. Les criquets adultes peuvent voler jusqu’à 150 kilomètres par jour et manger leur propre poids corporel — égal à 2 grammes — de végétation fraîche pendant cette période.

L’Afrique de l’Est connaît la pire invasion de criquets pèlerins depuis des décennies, après que le changement climatique et les conflits aient contribué à la résurgence de ce parasite biblique. La pulvérisation de pesticides est le moyen le plus efficace de tuer les criquets, mais la pandémie de coronavirus a ralenti les efforts de lutte contre cette invasion sur le continent africain.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Russie nie avoir offert des primes aux Talibans pour tuer des soldats américains

La Russie veut empêcher la reprise du pétrole en Libye grâce à ses mercenaires