in ,

Pakistan. Après l’invasion de criquets, « beaucoup de gens vont mourir de faim »


Les agriculteurs du Pakistan souffrent du pire fléau de criquets pèlerins de l’histoire récente. Les dégâts se comptent déjà en milliards de dollars et font craindre des pénuries alimentaires.

Le gouvernement pakistanais a déclaré une urgence nationale cette année après que les criquets aient commencé à décimer les cultures d’hiver. Le premier essaim est venu des Émirats arabes unis à la mi-2019, et dans les prochaines semaines, une nouvelle infestation devrait arriver d’Iran.

Mir Gul Muhammad, un agriculteur de la province du Baloutchistan, a déclaré au Guardian que la situation était catastrophique.

« Le pire que nous ayons jamais vu, de toute notre vie », a-t-il déclarer à propos de l’invasion de l’essaims de sauterelles qui ont envahi son village de Gharok.

« J’ai cultivé environ 20 hectares de coton et tous ont été dévorés et détruits par les criquets », a-t-il déclaré. « Outre le coton, mes autres cultures – oignons, piments et tomates – ont également été gravement touchées. Il s’agit d’une perte d’environ 10 millions de roupies [62 000 $]. En tant qu’agriculteur, il faudra des années pour se remettre de cette perte ».

Muhammad a déclaré qu’il n’avait aucun moyen de lutter contre les criquets et que le gouvernement était dans un « profond sommeil » en ce qui concerne la situation des agriculteurs.

« Le gouvernement ne fait rien. C’est une situation d’impuissance », a-t-il déclaré.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Pakistan va subir des pertes d’environ 2,4 milliards de dollars pour les cultures d’hiver, comme le blé, et 2,8 milliards de dollars supplémentaires pour les cultures d’été qui sont actuellement en cours de plantation.

Likez notre page facebook!

Cette situation sera économiquement dévastatrice pour un pays où l’agriculture représente 20 % du PIB et où 65 % de la population vit et travaille dans des zones agricoles. Le Pakistan souffre déjà d’une inflation paralysante, qui est maintenant à son plus haut niveau depuis 12 ans, et du fardeau économique sans précédent imposé par la pandémie de coronavirus.

Le coût de la farine et des légumes a déjà augmenté de 15 % cette année, et l’infestation de criquets pourrait rendre inabordable même les denrées alimentaires de base.

Ismail Rahoo, ministre d’Etat de l’agriculture du Sindh, a décrit le fléau comme une « menace dangereuse et catastrophique pour l’économie, l’agriculture et la sécurité alimentaire au Pakistan ».

« Cette année, elle sera dix fois pire que l’année dernière. Ils attaquent de trois côtés », a-t-il déclaré. « Les criquets et leurs œufs ont maintenant couvert 50 000 kilomètres carrés de terres agricoles. Nous nous attendons à ce qu’ils infestent plus de 5 millions d’hectares. Et ils n’attaquent pas seulement la province du Sindh, mais aussi les zones agricoles du Punjab et du Baloutchistan ».

Les fortes pluies de 2019 sur la péninsule arabique ont déclenché une croissance explosive de la population de criquets, et elles ont commencé à causer des problèmes en Inde, au Pakistan et dans un certain nombre de pays africains l’année dernière. La deuxième génération est 20 fois plus nombreuse. Les criquets se déplacent en essaims de 50 millions, peuvent parcourir 145 kilomètres par jour et pondent jusqu’à 1 000 œufs par mètre carré de terre.

M. Rahoo a déclaré que le gouvernement fédéral avait ignoré diverses demandes de pulvérisation de pesticides par voie aérienne, ce que, selon lui, le gouvernement de l’État du Sind n’avait pas les ressources nécessaires pour faire.

Muhammad Akram Dashti, un sénateur du Baloutchistan, a fait un discours au Parlement en mai 2019, exhortant le gouvernement fédéral à commencer à se préparer à l’invasion de criquets qui venait d’émerger dans sa province.

« Cela aurait pu être évité », a-t-il déclaré. « J’ai soulevé cette question alors qu’elle était confinée à une division de la province du Baloutchistan. C’est la responsabilité du gouvernement fédéral d’aider les agriculteurs contre une telle destruction, mais le gouvernement fédéral ne l’a pas pris au sérieux. J’ai demandé à maintes reprises que les cultures soient pulvérisées. Rien ne s’est produit ».

Maintenant, dit-il, il est trop tard. « Beaucoup de gens vont mourir de faim », dit-il.

LIRE AUSSI : La Somalie déclare « l’urgence nationale » après une invasion de criquets pèlerins

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dubaï: 70% des entreprises pourraient fermer dans les 6 prochains mois

Le gouvernement ne forcera pas Renault à garder ses usines en France