in

Nouveau record aux Etats-Unis avec 6,6 millions de chômeurs supplémentaires en une semaine


Un autre record a été pulvérisé aux Etats-Unis alors que la pandémie de coronavirus provoque un effondrement sans précédent de l’économie américaine.

Le nombre d’Américains qui ont demandé des allocations de chômage a grimpé à 6,65 millions dans la semaine qui s’est terminée le 28 mars, a déclaré jeudi le Bureau américain des statistiques du travail, effaçant le précédent record de 3,3 millions établi la semaine précédente.

Les chiffres de jeudi sous-estiment probablement la véritable ampleur du nombre de personnes mises au chômage, étant donné que les travailleurs indépendants et les intermittents du spectacle n’ont obtenu l’éligibilité aux allocations de chômage des États et du gouvernement fédéral que vendredi, après que le président Donald Trump a signé un plan de relance historique de 2200 milliards de dollars pour lutter contre l’effondrement de l’économie. De nombreux bureaux de chômage ont été submergés par un tsunami de demandes.

Les premières demandes d’allocations de chômage constituent le point de données le plus opportun pour évaluer les dommages causés par la crise sanitaire sur l’économie américaine, car les mesures de confinement du virus obligent les entreprises à fermer partout dans le pays, mettant des millions de personnes au chômage.

Les chiffres de jeudi confirment l’opinion de la plupart des économistes selon laquelle les États-Unis sont déjà en récession et que le boom record de création d’emplois dans le pays s’est définitivement arrêté.

Les économistes s’attendent à ce que le nombre de personnes demandant des allocations de chômage continue d’augmenter à mesure qu’un plus grand nombre de travailleurs et d’entreprises en difficulté accèdent aux prestations, grâce à un filet de sécurité sociale beaucoup plus large mis en place par le gouvernement fédéral pour tenter d’atténuer les retombées économiques de la crise du virus.

Les chiffres de jeudi incitent également à repenser des prévisions déjà désastreuses.

« Notre prévision apparemment très pessimiste selon laquelle le taux de chômage atteindrait un pic de 12,5 %, alors que 14 millions de personnes ont perdu leur emploi, semble maintenant un peu optimiste », a écrit Paul Ashworth, économiste en chef américain de Capital Economics, dans une note adressée à ses clients jeudi.

« Notre prévision selon laquelle le PIB du deuxième trimestre diminuera de 40 % en rythme annuel est toujours l’une des plus pessimistes du marché – mais à la lumière de ce degré de dévastation du marché du travail, nous soupçonnons que d’autres prévisionnistes s’aligneront davantage sur notre opinion ».

En plus d’étendre le filet de sécurité national contre le chômage à un plus grand nombre de travailleurs, le programme d’aide de 2200 millards de dollars contre le virus donne aux chômeurs un complément fédéral de 600 dollars par semaine à leurs prestations d’État pendant quatre mois au maximum. Le montant moyen des allocations de chômage était auparavant d’environ 385 dollars par personne et par mois.

Vendredi, le ministère américain du travail publiera le rapport sur l’emploi pour le mois de mars. Mais les chiffres mensuels sur l’emploi ne donneront pas une image complète de l’ampleur des dommages causés au marché du travail américain, car les entreprises et les ménages qui fournissent les données ont été interrogés au milieu du mois, lorsque seule une poignée d’États appliquaient des mesures de confinement. Cette étude donnera cependant un aperçu de la dévastation qui nous attend.

LIRE AUSSI : De New-York à AirbnB, la crise du coronavirus risque de provoquer une crise immobilière sans précédent

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Tuez-les par balle » : le président philippin menace ses concitoyens qui manifestent pendant le confinement

Confinement. La vente de plants potagers désormais considérée de « première nécessité »