Etats-Unis : une start-up pour faciliter l’expulsion des locataires

Si officiellement, l’expulsion des locataires est interdite aux États-Unis, les solutions privées arrivent en grand renfort pour les propriétaires. Une start-up américaine, Civvl, recherche des travailleurs indépendants afin d’aider les propriétaires à expulser les locataires qui ne payent pas leur loyer, une sorte de “Uber de l’expulsion”.

Pour de nombreux Américains, une allocation hebdomadaire de 600 $ débloquée par la loi fédérale CARES a aidé à combler les problèmes de paiement de loyer et d’autres factures. Mais ces allocations ont expiré le 31 juillet, exposant de nombreuses familles à une pauvreté difficile. Un reportage déchirant de CNN montre des familles qui sont mises sur le trottoir, sans ressource, sans réelle issue.

29% des Américains incapables de payer leur loyer ou leur hypothèque

De plus en plus de locataires américains ont du mal à joindre les deux bouts et à payer le loyer en fin de mois. La plateforme de location en ligne Apartment List rapporte que 29% des Américains ne pouvaient pas payer leur loyer ou leur hypothèque début septembre. Début septembre, les Centers for Disease Control and Prevention ont suspendu temporairement les expulsions résidentielles jusqu’à la fin de l’année.

“Cela retardera les expulsions massives mais ne résoudra pas la crise des loyers”, déclarait Emily Benfer, experte en logement et co-créatrice d’un tableau de bord de la politique du logement Covid-19 avec le laboratoire d’expulsion de l’Université de Princeton .

La start-up profite du Covid-19 pour prospérer

Pourtant, malgré l’interdiction officielle, la start-up Civvl, elle, prospère. En demandant au préalable aux propriétaires de s’assurer de la légalité de l’opération, elle assure une expulsion efficace grâce à ses futurs “expulseurs”.

Civvl se présente comme un moyen au service des propriétaires dans le besoin afin de vider et nettoyer des logements déjà vacants. Afin d’inciter ses futurs travailleurs indépendants, elle met en avant une “activité pour travailleur indépendant qui se développe le plus rapidement pour cause de Covid-19».

Sur son site, l’entreprise expose ses activités dont le déménagement et le nettoyage mais n’oublie pas de préciser qu’elle s’occupe aussi des expulsions et des procédures de saisie hypothécaire. Une citation assez sarcastique pointe le fait que «trop de gens ont cessé de payer leur loyer ou leur prêt en s’imaginant qu’ils ne risqueraient pas d’être expulsés». Une application pour les propriétaires est même disponible pour que leurs services soient les plus efficaces possibles.

La fonte des glaces en Antarctique augmentera le niveau de la mer de 2,5 mètres même si l’Accord de Paris est respecté

“Fiable à presque 100%” : l’aéroport d’Helsinki utilise des chiens renifleurs pour détecter le Covid