in ,

Pr Deray : « Je ne veux pas avoir à choisir si je vais intuber l’un ou l’autre ce n’est pas acceptable »


Le Professeur Deray, chef de service à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, a de nouveau expliqué que la seule solution pour stopper l’épidémie de coronavirus est le confinement. Cette stratégie mise en place en Chine, en Italie et en Espagne permet d’éviter la propagation de la maladie au sein de la population.

Selon le Pr Deray, un seul patient en infecte trois en moyenne, un taux de contamination extrêmement élevé qui provoque l’afflux massif de malades dans les hôpitaux.

« Ce n’est pas la peste, ça ne va pas tuer la moitié de la population (…) 5% des cas vont nécessiter des soins intensifs ou de la réanimation. C’est ceux là qu’il faut diminuer », explique Pr Deray.

Le chef de service de l’hôpital Pitié-Salpêtrière craint de devoir choisir entre ses patients infectés si le service de réanimation est submergé. Ce matin, nous évoquions déjà ces tris dramatiques au sein des hôpitaux en Alsace. Un scénario à l’italienne que tout le monde redoute au sein des personnels soignants.

Malgré les exhortations des spécialistes, des experts et des politiques, les français continuent de ne pas respecter les règles. Ce matin, le marché de Barbès continuait d’être bondé malgré les mesures de confinement.

LIRE AUSSI : Témoignage d’un médecin italien : “Les résultats des prélèvements se succèdent: positifs, positifs, positifs. Soudain, les urgences s’effondrent.”

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le marché de Barbès bondé malgré le confinement !

Hubert Reeves : « Aujourd’hui nous sommes menacés par la sixième extinction »