Le PIB pourrait pourrait chuter d’environ 20% au deuxième trimestre

L’économie française pourrait se contracter d’environ 20 % au deuxième trimestre, les mesures de confinement destinées à ralentir la propagation du coronavirus ayant réduit l’activité, selon l’Insee, l’agence nationale des statistiques.

Selon l’Insee, l’économie française tourne “à environ quatre cinquièmes de son niveau d’avant la crise”, contre deux tiers pendant la période de confinement.

L’Insee a également déclaré que l’activité reprenait “prudemment mais nettement” après l’assouplissement des mesures de confinement le 11 mai, et que les dépenses de consommation reprenaient.

Après près de deux mois au ralenti, comme en apnée, l’économie française s’efforce ainsi de reprendre son souffle. Mais elle refait surface dans un monde qui n’est plus exactement le même qu’avant la crise sanitaire“, ajoute l’institut.

L’indice de confiance des consommateurs a perdu deux points pour s’établir à 93 points en mai, après avoir chuté de huit points le mois précédent. L’indice est calculé de manière à ce que 100 soit la moyenne à long terme.

“Les ménages affichent un pessimisme marqué concernant la situation économique de la France”, a déclaré l’Insee.

En revanche, l’indice de confiance des entreprises a légèrement augmenté, à 59 points, après avoir atteint 53 points révisés en avril, le plus bas niveau depuis que l’Insee a commencé à calculer l’indice en 1980.

“Les indicateurs sur l’activité future ont cessé de plonger, mais les déclarations sur les perspectives restent sombres”, a déclaré l’Insee.

Selon l’Insee, la chute du PIB est corrélée aux mesures de confinement. La Suède et la Corée du Sud font partie des pays les moins frappés notamment suite à leur choix de ne pas confiner leur population.

Pendant la crise du coronavirus, 1 québécois sur 10 a dû se tourner vers une banque alimentaire

Un américain sur cinq refuserait d’être vacciné contre le Covid-19