in ,

Les protestations secouent le Liban après l’effondrement de la monnaie


Le gouvernement d’Hassan Diab fait face à des appels croissants pour sa démission après que la monnaie a perdu 25% de sa valeur en deux jours. Des manifestants en colère se sont réunis dans de nombreuses villes du pays et s’en sont pris aux banques.

Des manifestants libanais en colère ont bloqué les routes du pays avec des pneus en feu, des débris et leur véhicule, furieux de la dépréciation de la monnaie locale de plus de 25 % en deux jours seulement.

Les manifestations de jeudi, du nord du Akkar et de Tripoli au centre du Zouk, à l’est de la vallée de la Bekaa, à Beyrouth et au sud de Tyr et Nabatieh, ont été parmi les plus importantes depuis des mois de protestation suite à une crise économique et financière.

Les manifestants ont mis le feu à une succursale de la Banque centrale, vandalisé plusieurs banques privées et affronté les forces de sécurité dans plusieurs régions. Au moins 41 personnes ont été blessées rien qu’à Tripoli, selon la Croix-Rouge libanaise.

« Je suis vraiment énervé, c’est tout. Si les politiciens pensent qu’ils peuvent nous brûler le cœur comme ça, le feu va les atteindre eux aussi », a déclaré Ali Qassem, 26 ans, ingénieur au chômage.

Des dizaines de milliers de Libanais ont perdu leur emploi au cours des six derniers mois et des centaines d’entreprises ont fait faillite, car la pénurie de dollars a fait chuter la livre libanaise de 1 500 à 1 dollar l’été dernier – où elle était ancrée depuis 23 ans – à environ 4 000 pour chaque dollar américain le mois dernier.

Mais cette chute s’est transformée en chute libre entre mercredi et jeudi, lorsque la livre est tombée à environ 5 000 pour 1 dollar sur les marchés noirs, qui sont devenus une source importante de devises fortes.

Les manifestants ont commencé à s’amasser dans les rues du pays avant le coucher du soleil et étaient plusieurs milliers à la tombée de la nuit.

« Qui joue avec la livre ? s’interroge Hassan, un autre protestataire. Il y a des gens qui profitent de sa dégringolade et c’est nous qui en payons le prix. Qu’ils rentrent chez eux tous ces politiciens incapables ! La violence, je ne suis pas pour, mais c’est le seul moyen de se faire entendre. »

Le Premier ministre Hassan Diab a annulé toutes les réunions prévues pour vendredi afin de tenir une session d’urgence du cabinet à 9h30 et une autre à 15h au palais présidentiel qui sera dirigé par le Président Michel Aoun.

L’effondrement de la livre sterling est peut-être le plus grand défi que le jeune cabinet de M. Diab ait eu à relever jusqu’à présent. Il a gagné en confiance en février, après que le gouvernement de l’ancien premier ministre Saad Hariri a été renversé par un soulèvement sans précédent en octobre, qui a eu pour effet de mettre la crise économique du pays au cœur du problème.

Likez notre page facebook!

Le ministre de l’économie Raoul Nehme a déclaré à Al Jazeera que des « désinformations » sur le taux de change circulaient sur les médias sociaux et qu’il enquêtait sur une possible manipulation des devises.

« Je ne comprends pas comment le taux de change a pu augmenter autant en seulement deux jours », a-t-il déclaré.

De nombreux manifestants ont rejeté la faute sur le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, qui est théoriquement chargé de maintenir la stabilité de la monnaie. Mais ils ont également appelé le gouvernement à démissionner.

« Si les gens veulent des réformes entre l’aube et le crépuscule, cela ne marchera pas, et si quelqu’un pense qu’il peut faire un meilleur travail, qu’il se manifeste », a déclaré M. Nehme.

Quelques jours plus tôt, plusieurs libanais d’obédience chiite avaient été arrêtés après avoir provoqué des violences entre sunnites et chiites. Des tirs avaient même été entendus dans la capitale Beyrouth.

« Nous sommes chiites, et les sunnites et les chrétiens sont nos frères », a déclaré Hisham Houri, 39 ans, présent lors de cette manifestation contre le gouvernement.

La chute spectaculaire de la monnaie semble avoir poussé de nombreux Libanais à faire passer les intérêts communs avant leurs différences.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gilets Jaunes. Sur 378 enquêtes menées par l’IGPN, seulement 2 ont débouché sur des propositions de sanctions

« Je veux être policier, je veux interpeller les gens, je veux pouvoir les étrangler quand ils luttent »