Plus de la moitié des industriels britanniques prévoient de supprimer définitivement des emplois

Plus de la moitié des industriels britanniques prévoient de supprimer définitivement des emplois au cours des six prochains mois, les secteurs automobile et aérospatial étant particulièrement sous pression, selon une enquête menée auprès de 170 entreprises.

Quelque 53 % des employeurs prévoient de procéder à des licenciements au cours de cette période, soit la proportion la plus élevée depuis le début de la crise du coronavirus, a déclaré lundi le groupe de pression Make UK dans une déclaration, citant un sondage réalisé jusqu’au 14 juillet. Près d’un tiers des employeurs prévoient de supprimer jusqu’à 25 % des postes, tandis que 8 % pourraient en supprimer la moitié.

Le chef de Make UK, Stephen Phipson, a déclaré que les chiffres montrent que la Grande-Bretagne doit accorder une prolongation de six mois à un régime de congé financé par l’État qui doit expirer à la fin du mois d’octobre. Il a déclaré que l’aide devrait être offerte spécifiquement aux constructeurs automobiles et aux entreprises aérospatiales, qui, selon le groupe industriel, seront les plus touchés.

« En outre, le gouvernement devrait envisager des mesures similaires à celles introduites par les concurrents pour stimuler la demande dans les industries aérospatiale et automobile », a déclaré M. Phipson.

Il a cité des aides d’État françaises d’une valeur de 15 milliards d’euros aux entreprises aérospatiales et de 8 milliards d’euros aux constructeurs automobiles.

Le Chancelier de l’Échiquier Rishi Sunak a annoncé au début du mois un paquet de 33 milliards d’euros qui, selon lui, est destiné à soutenir l’emploi, tout en excluant une prolongation du programme de congés au motif qu’il ne veut pas donner aux gens de faux espoirs quant à la survie de leur emploi.

« Plus longtemps les gens seront en congé, plus il est probable que leurs compétences s’effaceront et qu’ils auront plus de mal à trouver de nouvelles opportunités », a déclaré M. Sunak le 8 juillet, « il n’est dans l’intérêt de personne à long terme que le programme se poursuive indéfiniment ».

Bernard Stiegler sur Greta Thunberg : « Elle dit – j’ai peur et je veux vous foutre la trouille – et c’est génial ! »

La Russie recrute 2 700 mercenaires syriens pour combattre en Libye