Explosion des demandes de RSA : “C’est inédit : même en 2008, nous n’avons pas connu pareille hausse””

Les demandes d’allocations au RSA explosent en France alors que les mesures sanitaires contre l’épidémie de coronavirus se multiplient dans les grandes métropoles.

“Depuis la création du RSA, je n’ai jamais vu ça. Nous comptons désormais 18.960 bénéficiaires contre 16.500 un an plus tôt”, se désole le président du département d’Ille-et-Vilaine, Jean-Luc Chenut.

L’association des départements de France (ADF) s’est penchée sur un échantillon représentatif de 15 départements pour observer l’augmentation des dépenses consacrées au RSA. En moyenne, elles ont flambé de 9,2% en août par rapport à la même période en 2019.

“C’est inédit : même en 2008, nous n’avons pas connu pareille hausse”, observe l’ADF.

En Corrèze, la hausse atteint 16,7% tandis que dans le Bas-Rhin, les demandes ont augmenté de 14% au second trimestre pour un surcoût de 13 millions d’euros.

“Tous les voyants sont au rouge, s’alarme Frédéric Bierry, président du conseil départemental. Nous sommes face à une crise sociale sans précédent, avec des besoins en très forte augmentation.”

Les nouveaux bénéficiaires sont surtout les jeunes intérimaires ou en CDD qui ont peu travailler ces derniers mois pour accéder au chômage. Les élus locaux vont rencontrer Jean Castex afin d’être soutenus financièrement.

Cette augmentation des allocataires du RSA signale une paupérisation des français. Selon le Secours Populaire, 1 270 000 personnes ont sollicité leur aide durant le confinement – contre 3,3 millions sur toute l’année 2019. Parmi ces demandeurs, 45 % étaient jusque-là inconnus de l’association, indique son baromètre annuel réalisé avec Ipsos. 

« Nous n’avons jamais vécu une situation pareille depuis la Seconde Guerre mondiale, et il y a urgence », affirme Henriette Steinberg, secrétaire générale de l’association.

La veille de la rentrée scolaire, plus d’un millier d’enfants ont dormi dans la rue ou dans des abris de fortune a annoncé la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) et Unicef France.

Le Royaume Uni connaît également une explosion de la pauvreté. Le plus grand réseau de banques alimentaires de Grande-Bretagne a averti que les taux d’extrême pauvreté doublera d’ici Noël parallèlement à une explosion de la demande de colis alimentaires.

Selon une autre étude, plus de la moitié des familles américaines dans les plus grandes villes du pays ont du mal à payer leurs crédits et à accéder aux soins médicaux. Un récent sondage souligne le choc de la crise économique actuel en pleine crise du coronavirus. 

Paris passe en alerte maximale Covid-19, les bars fermés

Le Pape François dénonce le capitalisme et les inégalités sociales