De plus en plus de français contre la chasse

arguments français contre la chasse chasseurs pour la chasse

Le débat sur la chasse enfle ces derniers mois avec la multiplication des accidents dans les forêts. De plus en plus de français s’affichent contre la chasse face aux risques que font encourir les chasseurs lors des promenades en famille.

La France Insoumise et Europe Ecologie – Les Verts proposent d’interdire la chasse le week-end et durant les vacances scolaires. Une proposition critiquée par Willy Schraen, président de la puissante Fédération nationale des chasseurs.

Qui sont les chasseurs ?

La chasse, un loisir très populaire en campagne

Les chasseurs présentent souvent la chasse comme une tradition française héritée de la révolution de 1789 jusqu’alors réservée à l’aristocratie.

La chasse est populaire dans ce monde de la ruralité, celui des campagnes, qui a vu l’exode des populations vers les villes dans les années 50. Pour beaucoup de foyers, il s’agit d’une tradition familiale, où à 18 ans, on obtient son permis de chasse et son premier fusil. Il y aurait au moins 1 million de licenciés en France ce qui fait de la chasse le troisième loisir le plus pratiqué des français.

Les chasseurs aiment rappeler qu’ils sont proches de la nature et qu’ils sont les meilleurs connaisseurs des terres. Pour eux, tuer n’est pas contradictoire avec le fait d’aimer la nature et les animaux.

Les chasseurs votent à droite

La Fédération nationale des chasseurs peut compter sur son million d’électeurs potentiels pour jouer un rôle important lors des élections. Le vote des chasseurs est prisé surtout à droite. En 2017, ils ont voté majoritairement pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon.

arguments contre la chasse chasseurs pour la chasse proposition de loi
Un chasseur armé d’un fusil et son chien (image d’illustration)

Si Emmanuel Macron a été accusé de détester la province et la ruralité, cela ne l’a pas empêché de séduire les chasseurs. Le Président de la République n’a pas hésité à diminuer de moitié le prix du permis de chasse et à poser symboliquement en photo devant un tableau de chasse. Une première depuis Valéry Giscard D’Estaing. Même Nicolas Hulot, alors Ministre de l’Ecologie et numéro 2 du gouvernement, avait été sacrifié après un nouvel arbitrage défavorable sur la chasse qui l’a poussé à la démission et à dénoncer les lobbys.

En échange, Emmanuel Macron s’est attiré la sympathie de Willy Schraen. Le puissant président de la Fédération nationale de la chasse s’était vanté d’avoir empêché les chasseurs de rejoindre les Gilets Jaunes au plus fort de la contestation sociale.

De plus en plus de français contre la chasse

Les accidents de chasse et les néoruraux

Entre 69% et 75% des français sont favorables à l’interdiction de la chasse le week-end et durant les vacances scolaires. Ces études d’opinion font suite à un énième accident de chasse qui a provoqué la mort d’une randonneuse de 25 ans, tuée par un tir de chasseresse.

Sous pression, suite à une pétition qui a recueilli 122 000 signatures, les parlementaires ont décidé de s’emparer du sujet. Le Sénat a créé une mission parlementaire sur la question de la sécurité à la chasse.

En 2021, 80 accidents de chasse ont eu lieu provoquant la mort de sept personnes. Si les chiffres sont en baisse à cause de la crise sanitaire et grâce à une meilleure gestion des risques durant la période de chasse, elle reste un sujet de conflits entre les habitants.

LIRE AUSSI : Une randonneuse de 25 ans tuée par une chasseuse de 17 ans

La nouvelle population en campagne, appelée néo-ruraux, accuse les chasseurs de mettre en péril leur sécurité. Si la majorité des accidents se passent entre chasseurs, il arrive que des terrains privés soient traversés par des hommes en arme ou qu’une balle perdue se loge dans la façade d’une maison.

Cette cohabitation compliquée est souvent moquée par les chasseurs qui accusent les nouveaux arrivants de vouloir imposer leur mode de vie et de pensée. Les uns souhaitent vivre en accord avec la nature notamment en se promenant dans les forêts tandis que les autres se targuent d’un lien charnel et traditionnel avec la nature.

La souffrance animale et la préservation de la biodiversité

Les tableaux de chasse apparaissent également à contre courant au moment où le parti animaliste réalise 2,2% des voix aux dernières élections européennes. La souffrance animale est un sujet devenu crucial pour une partie de l’opinion publique qui souhaite la fin des corridas et au moins l’arrêt des chasses traditionnelles cristallisant la majorité des critiques.

arguments contre la chasse chasseurs pour la chasse 2
Un chien de chasseur ramène la proie (photo d’illustration)

En août 2021, le Conseil d’Etat avait jugé illégal plusieurs techniques de chasse (grives, merles noirs, vanneaux, pluviers dorés, alouettes des champs avec des filets ou cages). Mais seulement deux mois après, le gouvernement a tenté de les réautoriser avant d’être de nouveau retoqué par le Conseil d’Etat.

Autre preuve de la puissance des lobbys de la chasse, le Parlement a définitivement adopté début Novembre 2021 une proposition de loi contre la maltraitance animale. Mais étrangement, les défenseurs de la cause animale ont souligné que le texte ne faisait aucune mention de la chasse.

“Les chasses cruelles, on n’en parle pas. La chasse à courre, on n’en parle pas. Les jours sans chasse pour permettre aux personnes de partager l’espace public, on n’en parle pas”, déplore Bastien Lachaud, député la France insoumise.

La France est également un corridor d’oiseaux migrateurs parfois menacés d’extinction. Les “quotas de prélèvement” ont diminué ces dernières années suite à l’action des associations de lutte pour la faune. Les ONG accusent les chasseurs, qui se déclarent « régulateur de la faune sauvage », d’accentuer la perte de biodiversité.

Des arguments pour la chasse souvent jugés irrecevables

Régulateurs de la faune sauvage ou éleveurs clandestins ?

La Fédération nationale des chasseurs aime rappeler que la chasse est essentielle pour réguler la faune en campagne. Le loisir de chasser est transformé en impératif pour le bien public.

Cependant, d’après les associations de défense des animaux, les chasseurs élèvent ou importent jusqu’à 20 millions d’animaux (faisans, lièvres, lapins, perdrix, etc.) pour les relâcher dans la nature afin de les tuer. Des pompiers pyromanes ?

Sur RMC, Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, avait déclaré lui même ne pas chasser pour réguler la faune.

La population de sangliers, proies ultimes des chasseurs, serait passée de 60 000 à 700 000 en 45 ans. Une démonstration de leur inefficacité ? Selon le naturaliste, Pierre Rigaux, des chasseurs sont régulièrement accusés d’élever et de lâcher dans la nature des sangliers. Ces derniers représenteraient seulement 1 à 2% de la totalité des animaux tués à la chasse.

La chasse c’est naturel même au XXIème siècle ?

Sur les sites de chasseurs, on peut trouver des autocollants “la chasse c’est naturel”. Un slogan connu qui servirait à justifier une “pratique ancestrale et écologiste”.

Mais les écologistes rappellent souvent que dans notre société, la chasse n’est qu’un loisir et non un impératif pour se nourrir. Les animaux sont souvent élevés par des humains avant d’être lâchés pour être tués.

Une passion qui tue moins que le ski

Les chasseurs aiment comparer la chasse avec d’autres sports extrêmes qui peuvent être fatal. Récemment, Willy Schraen a évoqué la mort d’un skieur pour justifier la chasse et les dommages que cela peut provoquer.

Cependant, les opposants à la chasse aiment rappeler qu’un skieur prend un risque pour sa propre vie mais ne met pas celle d’une autre personne en danger. Contrairement au ski ou au saut en parachute par exemple, le chasseur peut se tuer comme tuer une personne qui ne participe pas aux battues.

La stratégie de communication des chasseurs

Face aux critiques sur les réseaux sociaux, les chasseurs ont investi le champ de la communication digitale pour influencer les internautes.

Le site de la Fédération Nationale des Chasseurs a fait peau neuve avec de belles images et des textes bien réfléchis. La première phrase visible étant : “Promouvoir la chasse, défendre la ruralité et préserver la biodiversité”.

Sur les réseaux sociaux, des influenceuses en tenue de camouflage participent également à rendre la chasse plus glamour. Elles sont les égéries de marques pour vendre des fusils ou des couteaux. Pourtant, la chasse reste un hobby principalement pour les hommes puisque les femmes ne représentent que 2,5% des chasseurs selon la FNC.

Des spots publicitaires sur la chasse sont également mis aux services de la cause. Le but est de rafraichir l’image des chasseurs auprès des urbains, des femmes ou encore des jeunes. Ces clips de promotion caricaturaux ont rapidement été rayés sur les réseaux sociaux.

La chasse bientôt interdite le week-end et pendant les vacances ?

Les “accidents de chasse” à répétition pourraient bien avoir raison de la chasse. La multiplication des faits divers et des incidents entre randonneurs et chasseurs poussent les partis politiques à réfléchir.

La France Insoumise et Europe Ecologie – Les verts proposent d’interdire la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires afin d’éviter de nouveaux morts. Une proposition qui ne convient pas à l’extrême droite, Eric Zemmour et Marine Le Pen en tête, qui soutiennent le droit de chasser malgré les risques pour la vie humaine.

Les nombreux sondages réalisés récemment montrent qu’une majorité de français est d’accord avec cette proposition de loi. Les chasseurs garderaient la possibilité de chasser le reste de la semaine soit 5 jours sur 7, tout en assurant aux familles la liberté de se balader en toute sécurité dans les bois le reste du temps.

LIRE AUSSI : Chasse et terreur dans les bois : le témoignage glaçant de la journaliste Pia Clemens

pia clemens chasse chasseur témoignage

Chasse et terreur dans les bois : le témoignage glaçant de la journaliste Pia Clemens

russie Ukraine poutine chef des services de renseignement extérieur Sergey Naryshkin

Échange surréaliste entre Vladimir Poutine et le chef des services de renseignement extérieur russe