Le changement climatique transforme une grande partie de l’Asie centrale en désert

désert asie centrale changement climatique

Une évaluation du climat révèle qu’avec la hausse des températures mondiales, les climats désertiques se sont étendus vers le nord jusqu’à 100 kilomètres dans certaines parties de l’Asie centrale depuis les années 1980.

Sommaire

Le désert progresse en Asie centrale

L’étude, publiée le 27 mai dans Geophysical Research Letters, révèle également qu’au cours des 35 dernières années, les températures ont augmenté dans toute l’Asie centrale, qui comprend des parties de la Chine, de l’Ouzbékistan et du Kirghizstan. Au cours de la même période, les régions montagneuses sont devenues plus chaudes et plus humides, ce qui pourrait avoir accéléré le recul de certains grands glaciers.

Selon Jeffrey Dukes, écologiste au département d’écologie mondiale de la Carnegie Institution for Science à Stanford, en Californie, de tels changements menacent les écosystèmes et ceux qui en dépendent. Selon lui, ces résultats constituent un « premier pas important » vers l’élaboration de politiques d’atténuation et d’adaptation.

LIRE AUSSI : Chaleurs extrêmes : le nombre de jours au-dessus de 50°C a doublé en 40 ans

Le climat désertique s’étend depuis 1980

Plus de 60 % de l’Asie centrale a un climat sec avec des précipitations peu fréquentes. Avec peu d’eau disponible pour les plantes et autres organismes, une grande partie de la région est vulnérable à la hausse des températures, qui augmente l’évaporation de l’eau présenté dans le sol et accroît le risque de sécheresse. Les recherches antérieures sur le changement climatique ont fait état de changements moyens dans les températures et les précipitations pour de grandes parties de l’Asie centrale, mais elles n’ont fourni que des informations localisées limitées aux habitants, explique Qi Hu, coauteur de l’étude et spécialiste des sciences de la terre et du climat à l’université de Nebraska-Lincoln.

« Nous devons connaître les subtilités importantes du changement climatique dans des zones spécifiques », déclare Hu.

Hu et le climatologue Zihang Han de l’université de Lanzhou, en Chine, ont utilisé des données sur la température de l’air et les précipitations entre 1960 et 2020 pour diviser l’Asie centrale en 11 types de climat.

Ils ont constaté que, depuis la fin des années 1980, la zone classée comme ayant un climat désertique s’est étendue vers l’est et s’est déplacée vers le nord de 100 kilomètres dans le nord de l’Ouzbékistan et du Kirghizstan, dans le sud du Kazakhstan et autour du bassin de Junggar dans le nord-ouest de la Chine.

LIRE AUSSI : La Banque mondiale prévoit 216 millions de migrants climatiques d’ici 2050

Selon M. Hu, cette expansion est considérable et a eu un effet domino sur les zones climatiques adjacentes, qui sont également devenues plus sèches. Dans certaines régions, la température moyenne annuelle était supérieure d’au moins 5 °C entre 1990 et 2020 à ce qu’elle était entre 1960 et 1979, les étés devenant plus secs et les précipitations se produisant principalement en hiver.

Au fil du temps, l’augmentation des températures et la diminution des précipitations verront les communautés végétales être dominées par des espèces adaptées à des conditions plus chaudes et plus sèches, explique M. Dukes.

« Cela aura des conséquences sur des éléments tels que les animaux de pâturage qui dépendent de la steppe ou des prairies », explique-t-il. Dans certaines régions, ajoute-t-il, les périodes de sécheresse prolongées réduiront la productivité de la terre jusqu’à ce qu’elle devienne un sol « mort ».

Un climat plus chaud et plus humide

L’équipe a constaté une situation différente dans les régions montagneuses. Dans la chaîne de Tian Shan, dans le nord-ouest de la Chine, la hausse des températures s’est accompagnée d’une augmentation de la quantité de précipitations tombant sous forme de pluie plutôt que de neige. Les températures plus élevées et l’augmentation des précipitations contribuent à faire fondre la glace à haute altitude, ce qui pourrait expliquer le taux de rétrécissement sans précédent des glaciers, explique M. Hu.

Selon Troy Sternberg, géographe à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), la diminution des chutes de neige empêche les glaciers d’Asie centrale de reconstituer la glace perdue, ce qui signifie que les populations et les cultures bénéficieront d’une quantité moindre d’eau de fonte à l’avenir.

LIRE AUSSI : La région méditerranéenne se réchauffe 20 % plus vite que le reste du globe

La désertification est un problème mondial

La désertification est un problème en Asie centrale et dans d’autres régions du monde, affirme Mickey Glantz, climatologue à l’université du Colorado à Boulder. Mais pour conclure définitivement que les déserts s’étendent, les chercheurs devraient examiner des indicateurs tels que les tempêtes de poussière et les vagues de chaleur, plutôt que de se fier uniquement à la classification du climat.

« L’Asie centrale, comme le reste du monde, devrait prêter attention à l’évolution du climat et essayer de mieux s’y adapter. »

Les activités humaines telles que l’exploitation minière et l’agriculture contribuent également à la désertification, note M. Sternberg. Les gouvernements d’Asie centrale devraient donc se concentrer sur l’agriculture et l’urbanisation durables, dit-il.

** Traduction approchée depuis le site Nature.com **


NOUS SOUTENIR

Soutenir financièrement Issues.fr c’est assurer la pérennité et le développement d’un média indépendant qui partage des clés de lecture variées pour comprendre et analyser notre monde en mutation. 

Soutenez Issues.fr sur Tipeee

christian estrosi pass vaccinal 1er août

« Le pass vaccinal pourrait être réactivé dès le 1er août », prévient Christian Estrosi

crise pétrolière france rationnement électricité

1973. En pleine crise pétrolière, la France décidait de rationner l’électricité pour éviter un black out