in

Climat. Passer à la voiture électrique ne suffira pas pour rester sous la barre des +2 °C

Pour atteindre les objectifs de l’ONU en matière de lutte contre le changement climatique, toutes les voitures devront être électriques dans le monde d’ici 2050.

Selon un nouveau rapport d’ingénieurs de l’Université de Toronto, le nombre de véhicules électriques (VE) en circulation est de sept millions contre seulement environ 20 000 il y a dix ans. Cependant, bien qu’il s’agisse d’un changement important, ce ne sera pas «presque suffisant pour faire face à la crise climatique mondiale» à lui seul.

«Je pense qu’une meilleure façon de voir les choses est la suivante: les VE sont nécessaires, mais à eux seuls, ils ne sont pas suffisants», a expliqué l’auteur de l’étude, Alexandre Milovanoff, étudiant au doctorat à l’Université de Toronto. 

L’équipe s’est concentrée sur les États-Unis, car actuellement, seulement 0,3% des véhicules sont électriques et c’est un pays riche avec un taux global élevé de possession de voitures par habitant. 

Les ingénieurs de l’Université de Toronto ont créé un modèle informatique pour estimer le nombre de véhicules électriques nécessaires dans un pays fortement dépendant de la voiture.

L’équipe a constaté que les États-Unis auraient besoin d’environ 350 millions de véhicules électriques sur la route d’ici 2050, soit 90%, pour atteindre les objectifs climatiques des Nations Unies. Un scénario qualifié d’irréaliste par les experts.

Si les ventes augmentent rapidement ces prochaines décennies, les projections les plus optimistes suggèrent que d’ici 2050, la flotte américaine ne représentera qu’environ 50% de véhicules électriques”, a déclaré Milovanoff.

LIRE AUSSI : Radar anti-voiture ancienne : encore une écologie punitive contre les classes populaires

Ce changement pourrait également avoir un impact sur ce que l’on appelle la courbe de la demande – la façon dont la demande d’électricité augmente et diminue à différents moments de la journée – ce qui rendrait la gestion du réseau électrique national plus complexe. 

Enfin, il existe des défis techniques liés à l’approvisionnement en matériaux critiques, tels que le lithium, le cobalt et le manganèse pour les batteries.

Au lieu de cela, l’équipe suggère que les pays se concentrent sur un investissement massif dans les transports publics (bus, métros, trains de banlieue) et sur la refonte des villes pour permettre plus de déplacements à vélo ou à pied. Le télétravail, plébiscité pendant les périodes de confinement, pourrait également être une piste à privilégier.

«Nous devons repenser nos comportements, la conception de nos villes et même certains aspects de notre culture. Tout le monde doit en assumer la responsabilité”. 

Les objectifs climatiques de l’ONU exigent que les pays membres prennent des mesures pour empêcher que les températures mondiales moyennes ne dépassent d’ici 2100 de plus de 2 °C les niveaux préindustriels . 

LIRE AUSSI : Les 1 % les plus riches sont responsables de deux fois plus d’émissions que la moitié la plus pauvre de l’humanité

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Après BP, Total prévoit le pic de demande de pétrole vers 2030

    Ces influenceuses qui veulent rendre la chasse glamour