in ,

Précarité : de nombreux français vont travailler malgré un arrêt maladie (enquête)


Une étude de Malakoff-Médéric Humanis révèle que les français sont de plus en plus nombreux à aller travailler malgré leur arrêt maladie. Selon cette étude, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas respecter les prescriptions médicales.

28% des personnes interrogées ont indiqué ne pas prendre leur arrêt maladie ou le prendre partiellement. Les raisons sont diverses comme la volonté de ne pas se laisser aller ou encore pour éviter de ne pas être payé.

« Les arrêts de quatre à dix jours sont ceux qui sont le moins pris. Entre six et 15 jours, ils le sont plus mais souvent partiellement », précise l’enquête. Les salariés interrogés expliquent qu’ils ne prennent pas leurs arrêts prescrits principalement parce qu’ils « ne se laissent pas aller » et que « les journées non-travaillées ne sont pas prises en charge », explique Anne-Sophie Godon, membre du cabinet. 

Ils sont 47%, qui après avoir refusé au moins un arrêt de travail, le regrettent. Par ailleurs, deux tiers des salariés expliquent avoir déjà travaillé en étant malades au cours de la dernière année. 63% sont mêmes prêts à bénéficier du télétravail pour continuer à travailler de chez eux au lieu d’un arrêt maladie, si le médecin juge cela approprié. Idem pour 80% des dirigeants.

Précarité de l’emploi ? Obligation de rendement ? Nécessité de travailler pour finir les fins de mois ? Les raisons sont diverses mais démontrent des difficultés importantes des français dans leur quotidien.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Laurent Alexandre Gilets Jaunes Glyphosate

« On ne sait pas transformer un gilet jaune en polytechnicien d’un coup de baguette magique. » Laurent Alexandre

Évacuation de militants du climat et de gilets jaunes devant un entrepôt Amazon #BlockFriday